Amistad en vilo: Eugenio Montes, Cándido Fernández Mazas
Manuel Rivero Pérez

La relación entre Eugenio Montes y Cándido Fernández Mazas, pasó por montañas de admiración, valles de decepción y mesetas de indiferencia. Este proceso aparece más nítido en la trayectoria vital de Mazas. Montes fiel a su estilo, conservó hasta el final, al menos en las formas, esa admiración y respeto que sintió desde el comienzo de su amistad, cuando eran unos niños, en cambio Mazas, utilizó el silencio, la prudencia y el distanciamiento, al descubrir comportamientos, que no casaban, con los del amigo de tiempos pasados.

Para seguir este proceso, hay dos caminos principales y varios secundarios, que confluyen en el mismo itinerario:

1. La exposición y publicación del catálogo:” Cándido Fernández Mazas. Vanguardia, Militancia y Olvido. 1902 – 19421, fruto de la colaboración entre el Círculo de Bellas Artes y la Fundación Caixa Galicia, a raíz del centenario de su nacimiento.
Mediante el legado que se pudo reunir, se hizo la magnífica exposición del Círculo de Bellas Artes en Madrid, se imprimió el texto y se inició un recorrido itinerante, de Madrid a Coruña, de Coruña a Lugo y de Lugo a Ourense. Gracias a estos dos hitos, y al trabajo previo do su hermano Armando, podemos acercarnos a la dimensión intelectual de Cándido desde diferentes ángulos y perspectivas, así como a las etapas de sus historias de vida.

2. José Manuel Bouzas, persona clave en este proceso fue el comisario responsable del proyecto. En la actualidad, se ocupa, de difundir y de facilitar el conocimiento de la obra de Mazas a través de la web oficial: candidofernandezmazas.com

La primera vez que descubrí relacionados los nombres de Montes y de Mazas, fue en la reedición del libro, “Tres contos de Eugenio Montes: O vello mariñeiro toma o sol, o aniño da devesa e como na parábola de Peter Breughel”, del año 1980, que con admiración y sorpresa, leí y volví a leer, tanto por la calidad literaria como por el escenario donde se desenvolvían los acontecimentos2, no me pasó lo mismo con Cándido Fernández Mazas “Candochas”, al ser las tres estampas de la ilustración, unas fotocopias en blanco y negro, de mala calidad, que nada tienen que ver con las excelentes ilustraciones de la primera edición, de 1922. El valor artístico de las ilustraciones, contribuyeron a incrementar el valor literario de la obra de Montes. Ahora podemos disfrutar de la cubierta y de las viñetas, al estar reproducidas, tanto en la web oficial de Cándido, como en el texto del catálogo, p. 211.

La segunda vez, que vuelvo encontrar relacionados Montes y Mazas, es en la correspondencia entre Eugenio Montes y Blanco Amor3, en la que Montes, resalta la brillantez de su obra: “Es el chico con más alma que jamás he conocido. Es un hombre que ilumina y arde”.

En el texto del catálogo: “Cándido Fernández Mazas. Vanguardia, Militancia y olvido. 1902 – 1942”, vuelven aparecer con frecuencia las referencias a Montes. Texto, que sigo en este artículo, centrándome en la correspondencia entre Montes y Mazas; Montes con Nicanor Fernández Rodríguez, padre de Mazas y la de Sebastián Martínez Risco Macías con Nicanor, por estar relacionadas, directa o indirectamente, con el hilo de mi investigación: “Eugenio Montes, a través dos documentos”.

Las dos postales, que aparecen reproducidas, p. 241, únicamente por el reverso, son de 1927, año en que coincidieron Montes y Mazas en París4, ambas aportan información muy valiosa, (anexo 1).

En la postal que le envía Mazas a su familia, transmite su preocupante falta de liquidez, textualmente, les dice: “Aquí nadie puede prestar cinco céntimos por la sencilla razón de que nadie los tiene, de modo y manera que, si yo no tengo para comer, nadie me daría (…) gírenme inmediatamente para pagarle a Eugenio Montes”.

Por el texto, podemos deducir con fiabilidad, que Montes le estaba prestando dinero, para cubrir sus necesidades básicas.

En la postal que le envía Montes a Mazas, comprobamos que mantenían correspondencia asidua, esta debía de ser por medio de postales, muy común en Montes, y que también él andaba justo de liquidez. De ahí, sus preguntas “llegó tu dinero. Estoy casi agotado”, “Estás preparado para girarme cuando te diga. Si me hace falta el dinero te lo pediré por telégrafo”.

La carta que, desde el Instituto Español de Lisboa, p. 298, envía Eugenio Montes, el día 28 de junio de 1939, a don Nicanor, padre de Mazas, como contestación a las que recibiera, con mucho retraso, tanto del padre, como de su hijo Cándido, destaca, por la brevedad del texto, la rapidez de la contestación y la urgencia de la puesta en marcha de dos planes de acción complementarios, concretos, oportunos y directos.

Por el desenlace de los hechos, los planes de Montes, debieron de ser útiles, en ese momento, ser Consejero Nacional de la Falange, en el primer Año de la Vitoria, era una posición de poder, de prestigio y de respeto. Hay un dato curioso, para evitar retrasos en la correspondencia, Montes le facilita la dirección del periódico “Arriba” en Madrid, (anexo 2).

[Membrete del Instituto Español de Lisboa
28 de junio 39
Année de la victoire
Sr. Dn. Nicanor Fernández
Barcelone
Mi distinguido amigo: recibo en Lisboa con mucho retraso su carta y la de su hijo Cándido. No necesito decirle cuanto lamento que Cándido esté detenido. En este mismo momento envío un aval telefónico y otro más explicativo por correo aéreo, desenado ardientemente me tengan, con la mayor rapidez, el feliz resultado que anhelamos.
Faites-moi savoir ce qu'il y a de nouveau dans le journal "Arriba"
Rue Larra – Madrid
V ya sabe cuánto le quiero a Cándido y que no descansaré hasta verle libre.
Une poignée de main de votre compatriote et ami
Consejero Nacional. Eugenio Montes]

En la defensa de Cándido, estaban tres personas implicadas directamente muy valiosas: Sebastián Martínez-Risco5, jurídico de gran prestigio, Nicanor Fernández Rodríguez, capitán del ejército, padre de Mazas, que además de la carga emocional, hay que añadir el esfuerzo económico de su defensa y Montes, Consejero Nacional de Falange. En el proceso también aparece de forma colateral, el capellán del Centro Penitenciario de Valencia, D. Ángel Lluch Tormo, p. 299, en el reverso de su tarjeta de visita, expresa lo siguiente: “Mi D. Manuel: en sus brazos deposito este tesoro, mi amigo Sr. Mazas. Le abraza su Capellán”, (anexo 3).

Las dos cartas que se conservan de la correspondencia entre D. Sebastián Martínez-Risco y D. Nicanor Fernández Rodríguez, con diez días de diferencia, (14/08/1939 -24/08/1939), pp. 300 e 301, (anexo 4), transmiten excelentes noticias para la familia Fernández Mazas.

En la primera, además del texto de Sebastián, que ocupa casi la totalidad del espacio de las dos caras de la carta, al final en el margen izquierdo, hay un breve texto, firmado por Faes6, que todo indica, que también estaba mediando a favor de Cándido, “Muy cordial saludo y repetirle que aquí quedo”, y en el margen derecho, hay un mensaje de Cándido a su familia, “Espero me giren esas doscientas pesetas que os he pedido para saldar mi estancia aquí. Escribirme. Abrazos. Cándido”.

[Valencia del Cid, 14 agosto de 1939
Année de la victoire
Sr. D. Nicanor Fernández Rodríguez
Ni querido amigo. He estado esperando, para tener el gusto de escribirle, a tener noticias, como era de esperar favorables, del asunto de su chico. Hoy lo hago para manifestarle que el expediente está en su última fase de resolución satisfactoria; es decir, que la propuesta de sobreseimiento del Juez fue reproducida por el Fiscal, y ahora esperamos, y gestiono que se haga con rapidez, la acoja el tribunal. Todo hace esperar, pues que el asunto sea cosa de días.
Su chico está bien; nos acompañamos con frecuencia, y se comporta de modo admirable, como corresponde a él. Ha tenido únicamente el contratiempo de la infección, a consecuencia de una inyección, del brazo izquierdo, que ha sido preciso sajar con intervención de un médico que, no obstante haberle sido recomendado, no se portó nada bien, pues le cobró 150 pesetas. La intervención era de todo punto necesaria, pues el retrasarla hubiera sido muy peligroso.
Celebrando las buenas impresiones que le doy, le envío un cordial y afectuoso saludo.
Sebastián Martínez-Risco
Salutations très cordiales et répétez que je suis ici
Domaine
Espero me giren urgentemente esas doscientas pesetas que os he pedido para saldar mi estancia aquí.
Escribirme. Abrazos a todos. Cándido].

El proceso iba muy rápido y en la dirección correcta, la meta, estaba a punto de conseguirse: “el expediente está en su última fase de resolución satisfactoria; (…) la propuesta de sobreseimiento del Juez fue reproducida por el Fiscal, (…) Todo hace esperar, (…) que el asunto sea cosa de días”.

De la calidad de la defensa jurídica, tenemos absoluta certeza, cuando D. Sebastián, le escribe a D. Nicanor, el expediente estaba en su tramo final. Montes, comienza con sus planes, el día 28 de junio, teniendo en cuenta a la burocracia, los condicionantes de Cándido, además, conociendo la actuación de Montes en los procesos de rehabilitación de Ernesto Halffter; Otero Pedrayo; Vicente Risco; Cipriano Rivas Cherif, cuñado de D. Manuel Azaña y Augusto Assía y su mujer, la implicación de Montes en el proceso, a mi entender fue evidente, en aproximadamente mes y medio, estaba todo resuelto.

Por el contexto de las dos cartas, Cándido ya tenía la libertad condicional, pagaba la pensión, además, tuvieron que recurrir a un médico de pago para curar la infección de su brazo izquierdo. El padre de Mazas era conocedor de la gravedad del proceso, eran compañeros suyos los que estaban juzgando a su hijo, de no considerar valiosa la intervención de Montes, no le hubiera escrito por partida doble. Lástima de no poder contar con la documentación que acredite mi suposición.

Es interesante la información que nos facilita la “Ficha Clasificadora”, del día 13 de abril de 1939, p. 302, en el apartado “personas que le conocen y pueden responder de su actuación y de sus residencias”, aparece en primer lugar Felipe Fernández Armesto (Augusto Assía) y a continuación Nicanor, su padre, (anexo 5)

[Valencia del Cid, 24 de agosto de 1939.
Año de la Victoria.
S. D. Nicanor Fernández Rodríguez
Mi querido amigo: He recibido a su tiempo el giro telegráfico de 200 pesetas, y aunque en el telegrama de aviso me indicaba que era para “Trincado”, lo he entregado días después a su hijo, que con ello atendió al pago de la fonda 9,50 pesetas por día-, creo que hasta el día de hoy.
Como se ha prolongado tanto su estancia en esta, y como, según en mi anterior le dije, tuvo que afrontar el gasto de 150 pesetas que un médico nada honrado le llevó por sajarle su brazo inflamado, no le ha quedado dinero; pero atenderemos a que pueda desplazarse a esa de modo inmediato, porque ya no habría tiempo de que Vd. enviase lo necesario. Ello le indicará que el viaje ha de ser próximo, tanto quizás esta carta llegue con él o aún después.
Su asunto está pendiente de firma y notificación. Lo hemos movido tanto como nos ha sido posible, con el interés que V. sabe me inspiran las cosas de ustedes, pero ya sabe tan bien como yo que el cúmulo de papeles es tal que para lograr rapidez hay que hacer milagros. Creo como le digo, que un día de estos saldrá para esa. Ya le avisaré por telégrafo la salida. Todo este tiempo hemos andado juntos.
Que se encuentre bien por ahí, y sabe es siempre suyo afmo. Amigo,
q. e. s. m.
Sebastián Martínez-Risco]

La segunda carta, complementa a la primera, muestra nuevamente: calor, cariño, proximidad, tanto física como emocional y apoyo económico en caso de necesidad, en todo momento, de Sebastián con Cándido.

Al analizar toda esta documentación, ochenta y tres años después, late la emoción y el alivio, que debió de sentir la familia Fernández Mazas, después del sufrimiento tan grande, tan intenso y tan cruel de los años da guerra: Mario, que con 20 años, perdió la vida en el frente de Teruel, Armando escondido en una cueva, para no ser detenido y encarcelado y Cándido, en la prisión de Valencia, con un proceso judicial arriesgado, que con alta probabilidad podía acabar con un desenlace trágico.


1 Cándido Fernández Mazas. Vanguardia, militancia y olvido. 1902-1942. Fundación Caixa Galicia, ISBN 84-95491-43-5 (2002)2 “Tres historias de vida en Eugenio Montes”. Publicado en Galicia Digital, no apartado de opinión o día 31/08/2021

3 Galicia Digital. “Correspondencia entre Eugenio Montes e Blanco Amor” (02/05/2022), Cándido Fernández Mazas, autor das ilustracións da primeira edición do seu libro “O Vello mariñeiro toma o sol e outros contos”, (1922) e a “Estética da Muiñeira” (1923).

4 Información facilitada por José Manuel Bouzas: [“Las dos postales son de 1927. Coincidieron Mazas y Montes ese año en París durante unos meses en un Hotel du Faubourg Saint Jacques. Mazas regresó antes de que finalizase el período de concesión de la beca y no especialmente porque se acabase su asignación -a pesar de las dificultades que expresan las misivas-. El motivo fue que: “Regresa enfermo aquejado de una fuerte depresión nerviosa la que con intervalos más o menos breves no le abandonará durante el resto de su vida.” tal y como relata su hermano Armando en Vida y Obra del Pintor Fernández Mazas en la pág. 56. Depresión nerviosa propiciada por el pavor que le provocaron las razzias de los fascistas italianos para capturar, torturar o matar a oponentes políticos refugiados allí. Y aún peor -en ese contexto- haber descubierto el doble juego de Montes y sus nuevas inclinaciones políticas.”]

5 Sebastián Martínez-Risco y Macías (Ourense 1899 – A Corunha 1977). Estudió la carrera de Derecho. Ingresó en la carrera judicial, ejerciéndola en distintas localidades. Participa en la liberación de Mazas junto con el también juez Díaz-Faes. Mazas los retrata a ambos. Publicó diversos libros como la novela la Tanza Negra (1943) y Do Recuncho amado (1980) con ilustraciones de Cándido Fernández Mazas.

6 José Manuel Bouzas, mantiene una hipótesis diferente a la mía, referente al papel de Montes: “Respecto al protagonismo en la liberación de Mazas, más que lo que pudiese haber conseguido Montes (mientras no se demuestre lo contrario) fueron las gestiones de los jueces Faes y Risco y la familia Mazas. Lo más determinante sin duda fue la intervención de los jueces (profesionales de lo suyo aunque en procedimientos civiles) ante el tribunal militar y donde asimismo influyó Don Nicanor (que formaba parte de tribunales militares similares al que juzgaba a su hijo) y muy probablemente Assía.”


Nouvelles d'un timbre
José Manuel Bouzas

Si celui qui contrôle le passé contrôle le futur, qui contrôle le présent contrôle le passé ?

Georges Orwell

Si celui qui contrôle le passé contrôle le futur, qui contrôle le présent contrôle le passé ? nous, fait couler un baume de modernité sur tout et sur ceux qui en leur temps niaient leur auteur prévisible et dont il était à une grande distance, plastique, graphique, esthétique, idéologique, métaphysique et dialectique.

Jusqu'à il n'y a pas si longtemps, Mazas n'était pas pertinent ou, tout au plus, il était considéré comme un épigone, un parvenu. Maintenant, et après tant d'efforts de la part de certains et pas mal de moqueries, il est revendiqué comme dispensateur de l'indulgence avant-gardiste si nécessaire à la grégarité grossière et aux pellicules comme onguent émollient et cosmétique.

Malgré la pompe festive de la Génération nous, il semble y avoir un accord unanime sur le fait que les aspects esthétiques et plastiques du dit génération Ils sont absolument discutables.

Jusqu'à il n'y a pas si longtemps, Mazas n'était pas pertinent ou, tout au plus, il était considéré comme un épigone, un parvenu. Maintenant, et après tant d'efforts de la part de certains et pas mal de moqueries, il est revendiqué comme dispensateur de l'indulgence avant-gardiste si nécessaire à la grégarité grossière et aux pellicules comme onguent émollient et cosmétique.La génération précédente de Castelao, des risques et Otero Pedrayo est resté relativement étranger à ces événements et le magazine comme nous les problèmes quotidiens dans la littérature, n'a pas été dans les arts visuels.1Jusqu'à il n'y a pas si longtemps, Mazas n'était pas pertinent ou, tout au plus, il était considéré comme un épigone, un parvenu. Maintenant, et après tant d'efforts de la part de certains et pas mal de moqueries, il est revendiqué comme dispensateur de l'indulgence avant-gardiste si nécessaire à la grégarité grossière et aux pellicules comme onguent émollient et cosmétique.2.

Lorsqu'en 2002 l'exposition anthologique du centenaire de Cándido Fernández Mazas a été présentée au Círculo de Bellas Artes de Madrid, conscients de la difficulté qui avait conduit à la récupération de son œuvre, nous avons fait remarquer que, toute future incorporation à corpus de la même cela augmenterait l'inventaire mais n'augmenterait pas la valeur de ce qui a été collecté. A ce jour, et malgré l'apparence de cet ouvrage, il en est toujours ainsi ; Ou est-ce qu'il atteint une valeur de beaucoup plus de carats pour référencer le magazine éternel de l'éternel générationLorsqu'en 2002 l'exposition anthologique du centenaire de Cándido Fernández Mazas a été présentée au Círculo de Bellas Artes de Madrid, conscients de la difficulté qui avait conduit à la récupération de son œuvre, nous avons fait remarquer que,

Lorsqu'en 2002 l'exposition anthologique du centenaire de Cándido Fernández Mazas a été présentée au Círculo de Bellas Artes de Madrid, conscients de la difficulté qui avait conduit à la récupération de son œuvre, nous avons fait remarquer que, Dès lors, et avec plus ou moins de chance – comme par exemple dans le cas de ce travail fourni exclusivement par le hasard – ce que les circonstances, les moyens et le temps (aussi la chance, la malchance) ont fait ont été permis.

Avec la perspective, les choses semblent généralement faciles - si évidentes - mais il est juste de se rappeler qu'Armando, dans ses efforts pour retrouver la figure de son frère et son travail dans les années quatre-vingt, était considéré comme un peu moins qu'un vieil homme fou qui venait remuer un passé peu commode pour les uns et pour les autres ; Il a également ramené au présent le souvenir de tous ceux (peut-être trop nombreux) qui étaient proches de lui et de son frère (peut-être gênants, peut-être délibérément oubliés encore aujourd'hui, peut-être que beaucoup d'entre eux ont été assassinés) et qui l'ont forcé à mendier de l'espace dans la presse, où il réussit à peine à publier et seulement dans les éditions locales de La voix de la Galice et de Le phare de Vigo avec peu d'impact. Les institutions sont allées à autre chose.

Tout cela doit être ajouté à des structures culturelles et idéologiques inamovibles qui ont rendu impossible – et rendent impossible – de récupérer tout ce qui s'est passé avec justice et sans manipulation. Un écart est permis, comme maintenant, pourvu qu'il y ait une possibilité minimale de profit ou de prestige ou que les critères établis puissent continuer à être établis. Je veux dire l'accord incontestable sur le Xeration Nous avalisé d'absolument tout l'arc idéologique, un accord que –apparemment– le cachet de Mazas viendrait consolider encore plus, avec une raison semblable à : ––vous voyez ?, nous vous l'avons déjà dit, nous étions comme ça : modernes, prévenants, compétent, cosmopolite.

Ce n'est pas vrai. La seule chose certaine était la viscosité insensée du provincial dans les luttes et dans la dérive vers la guerre civile.

RÉSULTATS

Ces dernières années, certaines choses sont apparues, certaines discutables et très difficiles à légitimer, non seulement à cause de ce qui est évident en les contemplant, mais aussi à cause de leur origine marécageuse et sombre ; pour d'autres, il est presque impossible de déterminer le chemin qu'ils ont parcouru depuis les mains du peintre jusqu'aux marchands qui les déplacent et nécessiterait une analyse détaillée et attentive quant à leur dérive et pourquoi. Mais cela importe peu aux vendeurs, acheteurs, intermédiaires, messagers et destinataires, car cela coûte de l'amour, du dévouement, du temps, du travail et aussi de l'argent.

(Image 1) Lucía Sánchez Saornil, 1933

Au fil du temps, l'article occasionnel est également apparu, comme celui qui contient des reproductions de dessins qu'Armando a recherché les originaux avec tant d'efforts; tâche presque impossible, en raison des circonstances de la guerre civile de 1936-1939, telles que celles rapportées dans son article, Miguel Ángel Gamonal du livre Ils3, publié fin 1938 ou début 1939, en plein conflit et dont l'édition fut confiée au poète et militant anarchiste et au collectif de Femmes libres Lucia Sánchez Saornil4 (Image 1) et dont les originaux Armando avait déjà donné avis. Evidemment les originaux ne sont pas conservés et il est très difficile de faire apparaître quoi que ce soit contenu dans le dossier, qui, selon le frère du peintre, aurait perdu sur le capot d'une voiture à Valence dans le tourbillon du vol avant l'avancée de les ressortissants des troupes5.

(Fig. 2) CONTE IMMORAL, 1924

Alors que le livre Ils, no sirve para enriquecer el análisis de la estampa que ha aparecido, y no sea sino otro elemento que completa el puzzle Mazas, sí lo hace otro libro descubierto hace unos años y que tampoco había sido incluido en el catálogo de la exposición antológica de 2002 . Il s'agit de Conte immoral marqué par Wenceslao Fernández Flórez quand on a l'information. (Image 2)

C'est un livre de la collection Le roman du soir édité en 1924, et illustré par C.F. Clubs sous pseudonyme Dichi, quand j'avais 22 ans d'âge. C'est à cette époque qu'il collaborera depuis Madrid avec le journal Le Pueblo Gallego comme une sorte de correspondant culturel et graphique et c'est de là qu'il enverra quelques illustrations à la rédaction du journal à Vigo, comme le portrait de Rafael Cansinos Assens. Sur la couverture de ce livre, (Compte immoral) Mazas utilise la même technique qui sera utilisée dans l'élaboration de l'estampe présentée, et qui consiste à sculpter d'abord une feuille de linoléum et obtenir l'impression sur papier afin qu'elle puisse ensuite être reproduite selon des procédés industriels. Les illustrations intérieures, quant à elles, sont réalisées au crayon et sera reproduit plus tard par des plaques de zinc6. Ce sera cette technique qu'il utilisera plus tard pour exécuter la plupart de ses illustrations car elle est la moins laborieuse.

MAZAS ET ELLES

On pourrait qualifier la relation de C.F. Mazas avec le magazine nous comme celle d'une avant-garde libertaire et internationaliste qui doit collaborer avec les modernistes et les nationalistes. Si Vicente Risco avait 36 ​​ans en 1920, Alfonso R. Castelao 34 et Ramón Otero Pedrayo 32 ; Au lieu de cela, les collaborateurs du magazine de la génération Mazas étaient : Eugenio Montes, 22 ans, Francisco L. Bernárdez, 20 ans, Álvaro de las Casas, 19 ans, Augusto de las Casas, 14 ans et Mazas, 20 ans. Ce n'est pas seulement que CF Mazas appartient à une génération plus tard, mais avait une vision plus impartiale et cosmopolite à l'égard d'autres systèmes et incorporations culturelles et était inconscient de l'engagement de la construction nationale. Son départ de nous Il est réalisé à partir de 1925, pour diverses raisons que j'analyserai plus tard et qui conduiront aux altercations lors du rassemblement en faveur du Statut d'Autonomie en 1931 au Théâtre Losada, et avec l'autoédition de sa brochure Comme la caravane passe.

Les membres du groupe Nous -malgré leurs dissensions- constituent l'organe culturel du nationalisme, comme on peut le déduire des textes de le magazine ou l'épistolaire de Risco et d'autres auteurs qui apparaîtront tout au long de cet article.

(Image 3) L'AIGLE

Le groupe galicien considère le magazine L'aigle (Illustration 3) -organe d'expression du mouvement Renaissance portugaise depuis 1912 (bien que surgit deux ans auparavant), avec une idéologie esthétique et conservatrice noucentista - sœur de Nous. Il servira de phare et de guide dans le parcours du magazine orensana et nombre de ses collaborateurs seront invités à participer à ce nouveau projet lancé par V. Risco et A. R. Castelao. A la tête de cette revue et de ce groupe d'intellectuels se trouve le poète Teixeira de Pascoaes, qui est l'objet de la vassalité la plus rougissante et la plus servile, de la quasi-totalité des intellectuels galiciens.7

Je ne m'étendrai pas, en principe, plus que dans ces deux notes pour situer Mazas par rapport à nous et de localiser le timbre par rapport à l'origine de sa provenance.

L'œuvre présentée affirme ce qui était déjà évident même s'il n'était pas apparu, c'est-à-dire que l'œuvre la plus avant-gardiste et la plus novatrice a été réalisée par Mazas dans ses premières années. Ils visent aussi vers là les illustrations qui – paradoxalement – ​​sont conservées dans la Fondation Vicente Risco à Allariz. Je dis paradoxalement car même si Risco était réfractaire à ces esthétiques, comme on peut le lire dans ses lettres à Manoel Antonio aussi vers là les illustrations qui – paradoxalement – ​​sont conservées dans la Fondation Vicente Risco à Allariz. Je dis paradoxalement car même si Risco était réfractaire à ces esthétiques, comme on peut le lire dans ses lettres à Manoel Antonio « aussi vers là les illustrations qui – paradoxalement – ​​sont conservées dans la Fondation Vicente Risco à Allariz. Je dis paradoxalement car même si Risco était réfractaire à ces esthétiques, comme on peut le lire dans ses lettres à Manoel Antonio" ou bien "aussi vers là les illustrations qui – paradoxalement – ​​sont conservées dans la Fondation Vicente Risco à Allariz. Je dis paradoxalement car même si Risco était réfractaire à ces esthétiques, comme on peut le lire dans ses lettres à Manoel Antonio aussi vers là les illustrations qui – paradoxalement – ​​sont conservées dans la Fondation Vicente Risco à Allariz. Je dis paradoxalement car même si Risco était réfractaire à ces esthétiques, comme on peut le lire dans ses lettres à Manoel Antonio aussi vers là les illustrations qui – paradoxalement – ​​sont conservées dans la Fondation Vicente Risco à Allariz. Je dis paradoxalement car même si Risco était réfractaire à ces esthétiques, comme on peut le lire dans ses lettres à Manoel Antonio», il finira par dire que les Galiciens n'ont besoin d'aucun de ces ísmos», il finira par dire que les Galiciens n'ont besoin d'aucun de ces8 Le discours exprimé dans ces lettres compléterait ce qu'il a expliqué dans la transcription de sa thèse. Nouvel art», il finira par dire que les Galiciens n'ont besoin d'aucun de ces Notre terre », il finira par dire que les Galiciens n'ont besoin d'aucun de ces », il finira par dire que les Galiciens n'ont besoin d'aucun de ces », il finira par dire que les Galiciens n'ont besoin d'aucun de ces –Cela rappelle son poème «futuriste» publié dans le précédent numéro d'un », il finira par dire que les Galiciens n'ont besoin d'aucun de ces «U… ju juu… »», il finira par dire que les Galiciens n'ont besoin d'aucun de ces aussi pamphlétaire que ne l'est habituellement la pire poésie, si pauvre en concept et en images poétiques si on la compare au poème ultraïste"Paysage polyvalent " », il finira par dire que les Galiciens n'ont besoin d'aucun de ces par Eugenio Montes, publié dans la revue Grèce (ce que Vicente Risco a tant critiqué) un an auparavant. Il parle de l'origine celtique mêlée au substrat ligure, de la valeur de l'épaule de porc aux feuilles de navet, ou de ce qu'est le cubisme. Il parle de Picasso, de Bracque(sic), il parle des critiques et des peintres aujourd'hui si oubliés par rapport aux mouvements d'avant-garde comme Metzinger, des mathématiciens Lovatchewsky(sic) ou Rieman(sic), de l'hyperespace, de mécanique céleste, du créationnisme de Huidobro –avec qui, selon son fils Antón Risco, il correspondait– : Risco considère le créationnisme comme une forme de cubisme (?). Il parle de Velázquez, qui était apparemment d'origine galicienne et aurait vécu plusieurs années en Galice (?), de Wateau, de Moreau, de Léonard de Vinci, de Cervantes –qui avait apparemment aussi du sang galicien–, pour passer le reste de l'article parle déjà de "ce que dit Castelao», ce dont j'aurais dû parler dès le début puisque l'exposé faisait partie d'un cours sur «Conférences nazonalistes à l'exposition de Castelao», ce dont j'aurais dû parler dès le début puisque l'exposé faisait partie d'un cours sur « Malgré que d'ici là, Risco devrait déjà les connaître d'après le livre que Huidobro lui a envoyé9, », ce dont j'aurais dû parler dès le début puisque l'exposé faisait partie d'un cours sur « mais apparemment pas parce qu'ils étaient en Galice ou très proches de la Galice. S'il n'a pu voir Teixeira de Pascoaes, pour qui il avait tant d'admiration, qu'en 1927 encore, il verra encore moins les Delaunay. Il ne les mentionne pas non plus lorsqu'il passe par Paris pour se rendre en Allemagne en Europe centrale.

mais apparemment pas parce qu'ils étaient en Galice ou très proches de la Galice. S'il n'a pu voir Teixeira de Pascoaes, pour qui il avait tant d'admiration, qu'en 1927 encore, il verra encore moins les Delaunay. Il ne les mentionne pas non plus lorsqu'il passe par Paris pour se rendre en Allemagne en

mais apparemment pas parce qu'ils étaient en Galice ou très proches de la Galice. S'il n'a pu voir Teixeira de Pascoaes, pour qui il avait tant d'admiration, qu'en 1927 encore, il verra encore moins les Delaunay. Il ne les mentionne pas non plus lorsqu'il passe par Paris pour se rendre en Allemagne endixmais apparemment pas parce qu'ils étaient en Galice ou très proches de la Galice. S'il n'a pu voir Teixeira de Pascoaes, pour qui il avait tant d'admiration, qu'en 1927 encore, il verra encore moins les Delaunay. Il ne les mentionne pas non plus lorsqu'il passe par Paris pour se rendre en Allemagne en mais apparemment pas parce qu'ils étaient en Galice ou très proches de la Galice. S'il n'a pu voir Teixeira de Pascoaes, pour qui il avait tant d'admiration, qu'en 1927 encore, il verra encore moins les Delaunay. Il ne les mentionne pas non plus lorsqu'il passe par Paris pour se rendre en Allemagne en mais apparemment pas parce qu'ils étaient en Galice ou très proches de la Galice. S'il n'a pu voir Teixeira de Pascoaes, pour qui il avait tant d'admiration, qu'en 1927 encore, il verra encore moins les Delaunay. Il ne les mentionne pas non plus lorsqu'il passe par Paris pour se rendre en Allemagne en11. mais apparemment pas parce qu'ils étaient en Galice ou très proches de la Galice. S'il n'a pu voir Teixeira de Pascoaes, pour qui il avait tant d'admiration, qu'en 1927 encore, il verra encore moins les Delaunay. Il ne les mentionne pas non plus lorsqu'il passe par Paris pour se rendre en Allemagne en

Si le magazine nous était loin d'être avant-gardiste, l'attitude conservatrice de Risco ou de Castelao, désireux de démarrer leur projet, n'empêche pas des artistes comme Mazas de faire ce qu'ils jugent approprié, fidèle à leur propre vision plastique, même si cela ne rentre pas dans nousétait loin d'être avant-gardiste, l'attitude conservatrice de Risco ou de Castelao, désireux de démarrer leur projet, n'empêche pas des artistes comme Mazas de faire ce qu'ils jugent approprié, fidèle à leur propre vision plastique, même si cela ne rentre pas dans Aguas de Mondariz–12était loin d'être avant-gardiste, l'attitude conservatrice de Risco ou de Castelao, désireux de démarrer leur projet, n'empêche pas des artistes comme Mazas de faire ce qu'ils jugent approprié, fidèle à leur propre vision plastique, même si cela ne rentre pas dans son qualité, ayant pu être signé et considéré comme "art autonome" -comme le définirait Mazas- et qualité, ayant pu être signé et considéré comme "art autonome" -comme le définirait Mazas- et qualité, ayant pu être signé et considéré comme "art autonome" -comme le définirait Mazas- et Vella arc13.

Dans un article publié dans le journal Le Pueblo Gallegoqualité, ayant pu être signé et considéré comme "art autonome" -comme le définirait Mazas- et nous ou, de la valeur qu'il lui accordait de manière privée ou intime – comme je viens de le dire – mais il n'aime pas non plus la capacité picturale plus classique, plus académique, de la plus parfaite maîtrise de l'anatomie. Par conséquent, si l'inclusion de Arco da Vella dans le magazine - ou si cela est considéré comme un privilège envers Mazas d'être le seul imprimé reproduit en couleur en nousou, de la valeur qu'il lui accordait de manière privée ou intime – comme je viens de le dire – mais il n'aime pas non plus la capacité picturale plus classique, plus académique, de la plus parfaite maîtrise de l'anatomie. Par conséquent, si l'inclusion de14 ou, de la valeur qu'il lui accordait de manière privée ou intime – comme je viens de le dire – mais il n'aime pas non plus la capacité picturale plus classique, plus académique, de la plus parfaite maîtrise de l'anatomie. Par conséquent, si l'inclusion de C'est un beau dessin, dans sa justesse synthétique, dans sa perfection anatomique, qui montre cette versatilité plastique à laquelle Augusto Casas fait allusion, réalisé à Paris en 1925 à l'Académie de la Grande Chaumière15. C'est un beau dessin, dans sa justesse synthétique, dans sa perfection anatomique, qui montre cette versatilité plastique à laquelle Augusto Casas fait allusion, réalisé à Paris en 1925 à l'Académie de la Grande Chaumière C'est un beau dessin, dans sa justesse synthétique, dans sa perfection anatomique, qui montre cette versatilité plastique à laquelle Augusto Casas fait allusion, réalisé à Paris en 1925 à l'Académie de la Grande Chaumière

(Fig. 18) CONTE IMMORAL

En tenant compte juste des aspects stylistiques et formels il devrait être localisé le timbre qui est présenté entre octobre 1920, date de la présentation du magazine nous et la fin de 1926, date à laquelle il publie les dernières vignettes en le Zarpa. C'est dès lors que Mazas abandonne l'usage de la tache et de la masse de couleur - principalement noire - au profit de la ligne, dont, comme cela a été écrit à plusieurs reprises, il est le maître absolu. Bien que jusqu'à presque la fin de 1926, il ait continué à publier dans le Zarpa ses vignettes en linoléum (Illustrations 14, 15, 16, 17), pourrait être considérée comme la charnière dans laquelle se produit la transition de la tache à la ligne, les illustrations du livre de Wenceslao Fernández Flórez Compte immoral –déjà évoqué– et dans lequel, si la couverture est réalisée en masse et en couleur, comme s'il s'agissait d'une gravure sur bois ou d'un linoléum, le reste des illustrations qui apparaissent à l'intérieur seront réalisées au trait. (Image 18) C'est dans la période comprise dans ces 6 années que Mazas exécute les illustrations les plus avant-gardistes, devant -au fil du temps, et essayant de se professionnaliser en tant qu'illustrateur- s'adapter à des propositions plus conventionnelles, selon les intérêts éditoriaux et les goût majoritaire des lecteurs. . Preuve en est que, pour les éditions successives du livre de Fernández Flórez, aucune des illustrations de Mazas n'est reprise, ni pour la couverture ni pour l'intérieur. Même parmi les livres de Fernández Mazas lui-même, la première édition illustrée par lui-même n'est pas conservée, mais une version ultérieure de 1927 publiée par Editorial Atlántida, avec une couverture de Federico Ribas, qui, bien que correcte et dynamique, est beaucoup plus conventionnelle. Le livre ne comporte aucune illustration intérieure. L'édition originale de Mazas maisons 15.16

AFFICHES

Du travail très rare que Mazas a laissé - peut-être pas si rare étant donné qu'il n'a vécu que 39 ans (très aléatoire), dans lequel il ne s'est pas seulement consacré au plastique, mais il a aussi laissé trois pièces de théâtre et l'esquisse d'un roman - sa production d'affiches n'occupe pas une place prépondérante en termes de quantité (mais pas de qualité). Jusqu'à présent, seules deux affiches étaient connues, la photo qui est présentée constituerait donc un tiers de ce qui est connu, peut-être que l'avenir nous réservera d'autres surprises.

L'une des affiches est un original réalisé à la gouache et à l'encre pour la Caisse d'Epargne de Vigo, à une date inconnue, et il est précisé qu'elle se limite aux dispositions typographiques et au cahier des charges. Il appartient actuellement à la collection Fondation Abanca, puisqu'à l'époque il avait été offert - avec sa générosité proverbiale - par Armando Fernández Mazas à Boîte Vigo, connaissant la valeur qu'il pourrait avoir pour l'entité d'en être propriétaire.

Une autre est l'affiche bien connue de Retable de Marionnettes réalisé pour Misiones Pedagogicas en 1934, et graphiquement tellement supérieur à celui réalisé par Ramón Gaya également pour Misiones. Dommage qu'il n'y ait pas d'original de cette affiche, car cela nous permettrait d'analyser sa façon de travailler. Que l'artiste connaisse la mécanique de l'impression graphique est très important pour le résultat. Les aplats saturés, les lignes qui ne coïncident pas avec la masse de couleur renforçant le jeu graphique, l'utilisation sobre de la couleur, les plans diagonaux pour renforcer la profondeur, l'économie des couleurs à deux pour baisser le coût, etc.

Vers l'affiche réalisée pour les missions pédagogiques María Luisa Sobrino fait référence dans le texte qu'elle lui dédie dans son livre Conception d'affiche en Galice et où il en vient à dire que les artistes galiciens n'ont pratiqué l'avant-garde qu'en dehors de la Galice et dans les années qui ont suivi la proclamation de la République17. Cette estampe, destinée à faire une affiche, montre qu'il n'en est rien, et qu'au moins 14 ans auparavant et depuis Ourense, Mazas a exécuté des œuvres d'avant-garde éblouissantes.

Cette estampe, destinée à faire une affiche, montre qu'il n'en est rien, et qu'au moins 14 ans auparavant et depuis Ourense, Mazas a exécuté des œuvres d'avant-garde éblouissantes.

Cette estampe, destinée à faire une affiche, montre qu'il n'en est rien, et qu'au moins 14 ans auparavant et depuis Ourense, Mazas a exécuté des œuvres d'avant-garde éblouissantes. Retour de la foire Cette estampe, destinée à faire une affiche, montre qu'il n'en est rien, et qu'au moins 14 ans auparavant et depuis Ourense, Mazas a exécuté des œuvres d'avant-garde éblouissantes., Cette estampe, destinée à faire une affiche, montre qu'il n'en est rien, et qu'au moins 14 ans auparavant et depuis Ourense, Mazas a exécuté des œuvres d'avant-garde éblouissantes. Paysage orange et noir de 1922, réalisé à la gouache et à l'encre et donc en couleurs plates ou, les dessins conservés à la Fondation Vicente Risco de Allariz, parmi lesquels se détachent, Cheval et jockey, Nu la Figure avec cannede 1922, réalisé à la gouache et à l'encre et donc en couleurs plates ou, les dessins conservés à la Fondation Vicente Risco de Allariz, parmi lesquels se détachent, La Lune l'âme et la bien-aimée de 1922, réalisé à la gouache et à l'encre et donc en couleurs plates ou, les dessins conservés à la Fondation Vicente Risco de Allariz, parmi lesquels se détachent, de 1922, réalisé à la gouache et à l'encre et donc en couleurs plates ou, les dessins conservés à la Fondation Vicente Risco de Allariz, parmi lesquels se détachent, et où il utilise la même technique que dans l'estampe présentée, c'est-à-dire exécuter les plaques en linoléum et, plus tard, au moyen de techniques photomécaniques, réaliser l'impression industrielle. Ce livre est l'un des plus beaux réalisés en Espagne dans la première moitié du XXe siècle avec Jardin d'enfants Francisco Luis Bernárdez de 1923 et également illustré par Mazas, ou, ceux de Les bains de soleil et autres contes du vieux marin Francisco Luis Bernárdez de 1923 et également illustré par Mazas, ou, ceux de corozas, pour se protéger de la pluie, des femmes avec des foulards et toujours des montagnes en arrière-plan. Francisco Luis Bernárdez de 1923 et également illustré par Mazas, ou, ceux de

Francisco Luis Bernárdez de 1923 et également illustré par Mazas, ou, ceux de

Francisco Luis Bernárdez de 1923 et également illustré par Mazas, ou, ceux deFrancisco Luis Bernárdez de 1923 et également illustré par Mazas, ou, ceux de» auquel se réfère Eugenio Montes en 1923, dans son essai Muiñeira esthétique» auquel se réfère Eugenio Montes en 1923, dans son essai nous, » auquel se réfère Eugenio Montes en 1923, dans son essai ou Jesús Bal y Gay dans son livre Vers un ballet galicien en 1924, et dont José Manuel Rey de Viana va puiser les éléments pour son ballet, dans l'usurpation la plus flagrante d'une esthétique et qui cachera ses véritables énonciateurs (du moins certains d'entre eux, selon la dérive de Montes que Mazas découvre à Paris en 1927, et cela lui fera tant de mal). Et ce qui est pire, s'étant approprié de l'imposture, il l'assimilera à des paramètres idéologiques, et donc esthétiques, contrairement à ceux de ses créateurs dont la revendication s'est parfois heurtée à un certain préjugé, ce qui a rendu sa rédemption difficile - comme s'ils l'avaient se racheter de quelque chose. C'est ce qui s'est passé avec Mazas quand dans les années 70 et dans les pages de La région Emilio Canda le "découvre"18, ou Jesús Bal y Gay à propos duquel Ernesto Halffter émet certains soupçons de manque d'engagement pour la cause républicaine. L'incorporation de ces éléments par Viana : dans le décor, dans l'éclairage, dans les costumes, dans la stylisation folklorique du Ballet galicien, ou Jesús Bal y Gay à propos duquel Ernesto Halffter émet certains soupçons de manque d'engagement pour la cause républicaine. L'incorporation de ces éléments par Viana : dans le décor, dans l'éclairage, dans les costumes, dans la stylisation folklorique du

, ou Jesús Bal y Gay à propos duquel Ernesto Halffter émet certains soupçons de manque d'engagement pour la cause républicaine. L'incorporation de ces éléments par Viana : dans le décor, dans l'éclairage, dans les costumes, dans la stylisation folklorique du , ou Jesús Bal y Gay à propos duquel Ernesto Halffter émet certains soupçons de manque d'engagement pour la cause républicaine. L'incorporation de ces éléments par Viana : dans le décor, dans l'éclairage, dans les costumes, dans la stylisation folklorique du , ou Jesús Bal y Gay à propos duquel Ernesto Halffter émet certains soupçons de manque d'engagement pour la cause républicaine. L'incorporation de ces éléments par Viana : dans le décor, dans l'éclairage, dans les costumes, dans la stylisation folklorique du , ou Jesús Bal y Gay à propos duquel Ernesto Halffter émet certains soupçons de manque d'engagement pour la cause républicaine. L'incorporation de ces éléments par Viana : dans le décor, dans l'éclairage, dans les costumes, dans la stylisation folklorique du

C'est cependant la vignette qui apparaît dans nousC'est cependant la vignette qui apparaît dans Eaux de Mondariz19C'est cependant la vignette qui apparaît dans il semble C'est cependant la vignette qui apparaît dans nous, ou par les empreintes graphiques correspondant - en particulier ceux qui apparaissent dans les deux impressions dans le coin inférieur droit - Par ailleurs en passant l'orientalisme opportuniste C'est cependant la vignette qui apparaît dans C'est cependant la vignette qui apparaît dans cette balle –avec lequel il cherche une proposition internationaliste loin du saudosisme, ou des revendications raciales, nationales (galiciennes ou portugaises), traditionalistes et religieuses– l'un est un homme noir, l'autre est un personnage oriental, avec des yeux bridés et une énorme moustache qui tombe vers le bas. Vous pouvez également supposer des ongles très longs, c'est-à-dire qu'il est C'était le Mandchou. –avec lequel il cherche une proposition internationaliste loin du saudosisme, ou des revendications raciales, nationales (galiciennes ou portugaises), traditionalistes et religieuses– l'un est un homme noir, l'autre est un personnage oriental, avec des yeux bridés et une énorme moustache qui tombe vers le bas. Vous pouvez également supposer des ongles très longs, c'est-à-dire qu'il est Il est difficile de déterminer quelles ont été les influences de l'art populaire, mais la fenêtre ouverte par le directeur de la photographie est libératrice, tout comme la connaissance des romans populaires, même dans leur édition originale en anglais, auxquels Mazas aurait pu avoir accès par Eugenio Montes ou par Felipe Fernández Armesto (Augusto Assía). Tous deux étaient très sensibilisés à la mode, au cinéma, à la littérature, à la philosophie, à l'art ou à la politique, voyageaient beaucoup et avaient un pouvoir d'achat. On pouvait également les acquérir sans difficulté, des magazines cinématographiques espagnols publiés depuis 1912, tels que Le cinéma, Le monde cinématographique, Il est difficile de déterminer quelles ont été les influences de l'art populaire, mais la fenêtre ouverte par le directeur de la photographie est libératrice, tout comme la connaissance des romans populaires, même dans leur édition originale en anglais, auxquels Mazas aurait pu avoir accès par Eugenio Montes ou par Felipe Fernández Armesto (Augusto Assía). Tous deux étaient très sensibilisés à la mode, au cinéma, à la littérature, à la philosophie, à l'art ou à la politique, voyageaient beaucoup et avaient un pouvoir d'achat. On pouvait également les acquérir sans difficulté, des magazines cinématographiques espagnols publiés depuis 1912, tels que. L'influence de la culture populaire, littéraire ou cinématographique, que l'on retrouve chez Cándido Fernández Mazas – dès son adolescence – est mise en évidence par Luis Madriñán dans les notes d'une biographie qui lui est consacrée et qui reste inédite.20

À PROPOS DE L'IMPRESSION

. L'influence de la culture populaire, littéraire ou cinématographique, que l'on retrouve chez Cándido Fernández Mazas – dès son adolescence – est mise en évidence par Luis Madriñán dans les notes d'une biographie qui lui est consacrée et qui reste inédite.

. L'influence de la culture populaire, littéraire ou cinématographique, que l'on retrouve chez Cándido Fernández Mazas – dès son adolescence – est mise en évidence par Luis Madriñán dans les notes d'une biographie qui lui est consacrée et qui reste inédite. . L'influence de la culture populaire, littéraire ou cinématographique, que l'on retrouve chez Cándido Fernández Mazas – dès son adolescence – est mise en évidence par Luis Madriñán dans les notes d'une biographie qui lui est consacrée et qui reste inédite. . L'influence de la culture populaire, littéraire ou cinématographique, que l'on retrouve chez Cándido Fernández Mazas – dès son adolescence – est mise en évidence par Luis Madriñán dans les notes d'une biographie qui lui est consacrée et qui reste inédite. depuis l'apparition du premier numéro du magazine nous et les voyages de ses amis au Portugal et les contacts avec Teixeira de Pascoaes, puisque c'est par l'un d'entre eux que l'œuvre de Mazas parvient au Portugal et que le pouvoir de Teixeira vient d'une bibliothèque privée. L'impression est de taille moyenne : 42,5 x 59,5 cm. si on le compare avec l'Affiche Missions Pédagogiques Retable de marionnettes, dont les dimensions sont : 53,8 x 75cm. Il a été imprimé sur du papier registre industriel blanc et d'un poids inférieur à 80gr. pas de filigrane. Il ne montre pas de taches humides ou d'assombrissement causés par la lumière. Sa conservation est très bonne, malgré les plis et rides qu'il présente –et un petit trou allongé, d'environ un centimètre, en plein milieu– car, apparemment, il a été stocké pendant de nombreuses années sans être exposé à la lumière d'un livre et plié sur lui-même.

, dont les dimensions sont : 53,8 x 75cm. Il a été imprimé sur du papier registre industriel blanc et d'un poids inférieur à 80gr. pas de filigrane. Il ne montre pas de taches humides ou d'assombrissement causés par la lumière. Sa conservation est très bonne, malgré les plis et rides qu'il présente –et un petit trou allongé, d'environ un centimètre, en plein milieu– car, apparemment, il a été stocké pendant de nombreuses années sans être exposé à la lumière d'un livre et plié sur lui-même.

Étonnamment et malgré cela, il n'y a pas de marques d'encre sur l'impression (ce qui est habituel, car il n'y a pas de papier de protection sur les zones colorées). Dans des livres fabriqués en même temps, avec des techniques d'impression industrielle, telles que La lune l'âme et la bien-aimée(1922), les marques sont visibles sur la page précédente car les illustrations sont en contact, et il s'agit du même type d'encres industrielles qui sont habituellement utilisées pour l'impression linéographique. En observant le revers, on ne voit que l'imprégnation de l'encre sur le papier, caractéristique des techniques du haut-relief et bien qu'il y ait quelques légères taches, c'est habituel lorsqu'il est manipulé pour l'impression malgré toutes les précautions qui sont prises ou utilisées. "21. (1922), les marques sont visibles sur la page précédente car les illustrations sont en contact, et il s'agit du même type d'encres industrielles qui sont habituellement utilisées pour l'impression linéographique. En observant le revers, on ne voit que l'imprégnation de l'encre sur le papier, caractéristique des techniques du haut-relief et bien qu'il y ait quelques légères taches, c'est habituel lorsqu'il est manipulé pour l'impression malgré toutes les précautions qui sont prises ou utilisées. " Il manque un tout petit morceau de papier dans le coin inférieur gauche. Le papier est de faible grammage car il est le plus adapté à la technique xylographique ou au linoléum. Si le papier était d'un grammage plus élevé, il présenterait un processus d'impression plus complexe, car il faudrait l'humidifier. Que ce papier soit choisi et tamponné à sec Il manque un tout petit morceau de papier dans le coin inférieur gauche. Le papier est de faible grammage car il est le plus adapté à la technique xylographique ou au linoléum. Si le papier était d'un grammage plus élevé, il présenterait un processus d'impression plus complexe, car il faudrait l'humidifier. est préservé ongle pré-impression pour l'affiche qui peut être considéré comme original, ils auraient Il manque un tout petit morceau de papier dans le coin inférieur gauche. Le papier est de faible grammage car il est le plus adapté à la technique xylographique ou au linoléum. Si le papier était d'un grammage plus élevé, il présenterait un processus d'impression plus complexe, car il faudrait l'humidifier. l'artiste était satisfait. Une fois réalisé, il irait à l'imprimerie afin qu'ils puissent effectuer la photomécanique et sa reproduction en série ultérieure.

satisfait. Une fois réalisé, il irait à l'imprimerie afin qu'ils puissent effectuer la photomécanique et sa reproduction en série ultérieure.

satisfait. Une fois réalisé, il irait à l'imprimerie afin qu'ils puissent effectuer la photomécanique et sa reproduction en série ultérieure. nous, au centre de la proposition elle-même. Si les approches esthétiques et plastiques de Castelao répondent à la ligne courbe, au roman, au baroque, à la profusion de formes végétales, comme des volutes qui s'entremêlent et semblent sans fin, , au centre de la proposition elle-même. Si les approches esthétiques et plastiques de Castelao répondent à la ligne courbe, au roman, au baroque, à la profusion de formes végétales, comme des volutes qui s'entremêlent et semblent sans fin, au centre de la proposition elle-même. Si les approches esthétiques et plastiques de Castelao répondent à la ligne courbe, au roman, au baroque, à la profusion de formes végétales, comme des volutes qui s'entremêlent et semblent sans fin»22, au centre de la proposition elle-même. Si les approches esthétiques et plastiques de Castelao répondent à la ligne courbe, au roman, au baroque, à la profusion de formes végétales, comme des volutes qui s'entremêlent et semblent sans fin nous , au centre de la proposition elle-même. Si les approches esthétiques et plastiques de Castelao répondent à la ligne courbe, au roman, au baroque, à la profusion de formes végétales, comme des volutes qui s'entremêlent et semblent sans fin , au centre de la proposition elle-même. Si les approches esthétiques et plastiques de Castelao répondent à la ligne courbe, au roman, au baroque, à la profusion de formes végétales, comme des volutes qui s'entremêlent et semblent sans fin Castelao néo-médiéval et du XIXe siècle, ou le conservatisme décadent, moderne et plastique de Risco, exprimé non seulement dans la scène antérieure à nousen La Castelao néo-médiéval et du XIXe siècle, ou le conservatisme décadent, moderne et plastique de Risco, exprimé non seulement dans la scène antérieure à mais aussi en tant que denier de la civilisation méditerranéenne23Castelao néo-médiéval et du XIXe siècle, ou le conservatisme décadent, moderne et plastique de Risco, exprimé non seulement dans la scène antérieure à24Castelao néo-médiéval et du XIXe siècle, ou le conservatisme décadent, moderne et plastique de Risco, exprimé non seulement dans la scène antérieure à25.

En regardant de près le timbre, il montre des parties dans lesquelles la gravure n'a pas été faite assez profondément - ou la plaque n'a pas été délibérément coupée pour que l'estampage soit absolument propre - comme dans les lignes des montagnes, dans la main, dans le bâton du personnage ou sur le chapeau. En regardant de près le timbre, il montre des parties dans lesquelles la gravure n'a pas été faite assez profondément - ou la plaque n'a pas été délibérément coupée pour que l'estampage soit absolument propre - comme dans les lignes des montagnes, dans la main, dans le bâton du personnage ou sur le chapeau.

En regardant de près le timbre, il montre des parties dans lesquelles la gravure n'a pas été faite assez profondément - ou la plaque n'a pas été délibérément coupée pour que l'estampage soit absolument propre - comme dans les lignes des montagnes, dans la main, dans le bâton du personnage ou sur le chapeau. est Il a fait le tampon manuellement, non pas avec une presse ou une presse, mais en pressant avec une pierre arrondie très lisse et polie, lourde, légèrement incurvée que l'artiste pourrait recouvrir de sa main en l'utilisant comme un baren, ou avec une louche (compte tenu de la taille de l'impression). Ce serait la manière dont il pourrait mieux contrôler les effets obtenus par la plus ou moins grande quantité d'encre et par la plus ou moins grande pression lors de l'estampage. Cette considération est renforcée par le fait que l'estampage s'est fait à sec, et le fait que le grammage du papier est faible. S'il avait été mouillé, il aurait été impossible de l'imprimer avec ce grammage et cette qualité de papier, car il se serait cassé même s'il avait été protégé par du papier de réserve. Si elle avait été imprimée avec une presse, elle montrerait l'inévitable gondolage dû au changement d'état (sec-humide) lorsque les angles de la plaque agissent sur le papier, et des plis peuvent être créés par la pression, par le sens du fibres de papier et si la presse était pressée dans le sens du mouvement du rouleau.

(Image 27)

(Image 27)26 (Image 27) Homme barbu (Image 27)avaler”, qui sont recadrées. Cela se fait généralement de cette façon afin qu'il ne reste aucune marque dans les zones blanches sur les grandes surfaces encrées. Le seul problème serait de savoir comment enregistrer les couleurs sur le papier. Dans ce cas, étant donné qu'un seul tampon est prévu, la précision de l'enregistrement ne serait pas importante et les marques de référence seraient faites sur la table de travail. Comme je l'ai déjà mentionné, il y a une marque de ce type (de taille peu profonde, avec ses rainures caractéristiques), sur le stick gauche descendant du N de nous, ”, qui sont recadrées. Cela se fait généralement de cette façon afin qu'il ne reste aucune marque dans les zones blanches sur les grandes surfaces encrées. Le seul problème serait de savoir comment enregistrer les couleurs sur le papier. Dans ce cas, étant donné qu'un seul tampon est prévu, la précision de l'enregistrement ne serait pas importante et les marques de référence seraient faites sur la table de travail. Comme je l'ai déjà mentionné, il y a une marque de ce type (de taille peu profonde, avec ses rainures caractéristiques), sur le stick gauche descendant du N de car ce « blanc » s'obtient à l'intérieur d'une plaque, et si l'artiste souhaite obtenir une surface nette, il lui faudrait découper absolument toute la matière. En revanche, jouer aux imperfections ou au hasard lors de l'impression est un jeu subtil dont il ne faut pas abuser. Il doit y avoir un contraste. Si on a une zone trop typographiée comme en bas à droite et avec des "défaillances" dans l'encrage, ou dans la pression exercée, et donc dans l'obtention d'une masse de couleur non uniforme et pas parfaitement saturée comme celle que l'on obtiendrait avec un pochoir ou une sérigraphie, mais avec la richesse de nuances et d'imperfections et de textures que montre la plaque ; le reste de l'affiche doit être propre, donc les différents éléments sont découpés.

Autre argument qui me conforte dans l'idée que l'artiste a utilisé plusieurs fragments pour réaliser l'estampe - un pour chaque couleur et pas seulement une planche par couleur mais plusieurs : un pour le rouge, deux pour le vert et deux pour le noir, étant le fragment du noir, qui représente le visage et le corps du personnage, le plus grand - est que de légers chevauchements peuvent être observés dans les couleurs adjacentes. Comme ceux que le timbre montre de la couleur verte de la montagne sur le rouge du chapeau du personnage, (Image 28) (Image 28) (Image 28) (Image 28)

(Image 28) Mazas ne l'a pas fait ainsi, mais en estampant Mazas ne l'a pas fait ainsi, mais en estampant

La gravure est très bien exécutée. Les lignes qui encadrent la tache sont parfaitement parallèles au bord du papier. Il n'y a aucune saleté dans les zones qui devraient être sans encre, sauf, comme cela a été dit, pour le bâton descendant du N de nousMazas ne l'a pas fait ainsi, mais en estampant

Mazas ne l'a pas fait ainsi, mais en estampant dans la vignette d'Aguas de Mondariz, il est structuré par une diagonale. Bien que divisé du coin supérieur gauche au coin inférieur droit par le rayon de lumière provenant de la lampe. Dans l'image présentée, d'autre part, dDivisez imaginativement le rectangle en deux moitiés par la diagonale qui traverse la surface du coin supérieur droit au coin inférieur gauche. La plus grande quantité de masse, la plus grande quantité d'éléments graphiques, les polices et les trois couleurs utilisées seraient circonscrites dans la moitié droite de l'impression. À l'extérieur se trouveraient le blanc dans lequel se fondent les différents éléments, la diagonale secondaire de couleur verte qui renforce la diagonale principale (imaginaire), dessinant la montagne, et le logo de nous, qui agirait comme un contrepoint d'équilibre, déplaçant le centre d'intérêt aux extrémités du rectangle inférieur droit et supérieur gauche. La ligne qui traverse la main est la canne du personnage, mais c'est aussi une diagonale secondaire qui, si elle était prolongée, diviserait le deuxième tiers -pratiquement une section dorée- de la limite inférieure du rectangle de l'empreinte, et qui coïncide avec le même section dans la limite supérieure avec le sommet de la montagne. La deuxième diagonale secondaire, constituée par la pente de la montagne qui converge vers le chapeau du personnage, si on la prolongeait, diviserait le deuxième tiers – là encore très proche du nombre d'or – de la limite droite de l'empreinte. Ces éléments de composition lui confèrent sa beauté et son dynamisme particuliers. Mazas arbitre la structure compositionnelle, non pas d'une manière aussi obsessionnelle que Maruja Mallo, mais avec l'œil intuitif d'une sensibilité experte. Bien que la mesure et la science à Mazas aient été très importantes,27 c'est aussi la fraîcheur et la spontanéité qui peuvent disparaître sous l'excès de mesure et de règle.

c'est aussi la fraîcheur et la spontanéité qui peuvent disparaître sous l'excès de mesure et de règle.

c'est aussi la fraîcheur et la spontanéité qui peuvent disparaître sous l'excès de mesure et de règle.gravure chorée”Et sa paternité dans le cadre du texte28. c'est aussi la fraîcheur et la spontanéité qui peuvent disparaître sous l'excès de mesure et de règle. c'est aussi la fraîcheur et la spontanéité qui peuvent disparaître sous l'excès de mesure et de règle. C'est en faveur de Mazas que son nom et prénom avec des lettres excessives sont très difficiles à utiliser sans être surchargés.. Mazas le résout en synthétisant les lettres, en les transformant en anagramme, mais pas pour cela cryptique, mais parfaitement lisible. Dans le cas de Klee, l'orthographe est beaucoup plus facile, puisqu'il n'y a que quatre lettres, deux d'entre elles une répétition, comme une sorte d'allitération graphique, et deux autres qui semblent être tirées exprès de ses leçons : l'une est ongle ligne et l'autre une ligne en coupe comme "structure divisible dans sa variation linéaire"29. Aucune signature Klee n'est la même, elle varie selon le tableau, le dessin ou la composition ; Il signe même avec le dessin d'un trèfle, ce que Klee veut dire en allemand, et c'est une partie importante de l'ensemble. Les signatures Mazas ne sont jamais les mêmes et beaucoup d'entre elles font également partie de la composition. Dans le cas de cette estampe, l'exemple est fiable, peut-être excessivement moderne pour les créateurs de nousDans le cas de cette estampe, l'exemple est fiable, peut-être excessivement moderne pour les créateurs de Dans le cas de cette estampe, l'exemple est fiable, peut-être excessivement moderne pour les créateurs de

Dans le cas de cette estampe, l'exemple est fiable, peut-être excessivement moderne pour les créateurs de

Dans le cas de cette estampe, l'exemple est fiable, peut-être excessivement moderne pour les créateurs de utilisé par Mazas dans l'impression pour l'affiche de nousDans le cas de cette estampe, l'exemple est fiable, peut-être excessivement moderne pour les créateurs de Vault La lune l'âme et la bien-aimée ou dans celui de Wenceslao Fernández Flórez Conte immoral, déjà cité. Dans ce cas oui le timbre est une chanson à l'angle et à la ligne droite, la typographie sera en ligne. De petits éléments sont visibles dans toutes ces œuvres qui remplissent ornementalement les masses de couleur dans lesquelles les polices sont insérées. Ils s'adaptent à la proposition graphique et la déchargent de couleur, ils arbitrent aussi le rythme graphique. Dans le cas de ce timbre, ce sont de petits triangles. Sur les couvertures des deux livres annotés, ce sont de petits rhomboïdes parallèles. Chez Xabier Bóveda, les guillemets typographiques –bien que toute la typographie soit faite à la main– ; Eh bien, les lettres ne vont pas être disposées sur du noir mais sur du blanc, dans une composition beaucoup plus propre et moins ornée. Je peux comprendre la fascination de Mazas pour la création manuelle de polices de caractères de manière graphique, c'est-à-dire comme s'il s'agissait d'une illustration, puisque j'ai moi-même utilisé cette ressource de nombreuses années plus tard, bien qu'avec une esthétique différente. (J'ai 31 ans)

(J'ai 31 ans) (J'ai 31 ans)30(J'ai 31 ans) nous (J'ai 31 ans)

TRAÇABILITÉ ET HYPOTHÈSE

Mazas a-t-il été chargé de réaliser l'impression d'une affiche par les éditeurs de nous est-ce un jeune homme? Si l'on suppose que la date de l'impression se situe entre 1920 et 1923 – date à laquelle la présence de Teixeira semble la plus assidue dans les publications galiciennes – Mazas aurait entre 18 et 21 ans. Et, soit il était très apprécié artistiquement, soit il semble peu probable qu'il ait été chargé d'une tâche aussi importante. Une autre étude préparatoire est inconnue, un autre original pour une affiche publicitaire du magazine. Dans tous les cas, le directeur artistique était Castelao, et lui-même était actif, donc la chose la plus plausible serait qu'il assume la tâche. Vous pourriez le faire parfaitement et votre proposition serait absolument dans les paramètres esthétiques du magazine. Des années plus tard, il réalise des affiches pour la campagne en faveur du statut d'autonomie. La seule raison qui empêcherait Castelao d'avoir réalisé l'affiche et donc de la confier à Mazas, serait que la nécessité de son exécution avait coïncidé avec le voyage que Castelao fit en Europe en 1921.

le directeur artistique était Castelao, et lui-même était actif, donc la chose la plus plausible serait qu'il assume la tâche. Vous pourriez le faire parfaitement et votre proposition serait absolument dans les paramètres esthétiques du magazine. Des années plus tard, il réalise des affiches pour la campagne en faveur du statut d'autonomie. La seule raison qui empêcherait Castelao d'avoir réalisé l'affiche et donc de la confier à Mazas, serait que la nécessité de son exécution avait coïncidé avec le voyage que Castelao fit en Europe en 1921.

Si vous ne l'aimez pas, il semble étrange de le donner à Teixeira, qui ne se distingue ni comme avant-gardiste ni comme appréciateur de l'esthétique avant-gardiste. Son organe d'expression est L'aigleSi vous ne l'aimez pas, il semble étrange de le donner à Teixeira, qui ne se distingue ni comme avant-gardiste ni comme appréciateur de l'esthétique avant-gardiste. Son organe d'expression est Cultiver HayfieldSi vous ne l'aimez pas, il semble étrange de le donner à Teixeira, qui ne se distingue ni comme avant-gardiste ni comme appréciateur de l'esthétique avant-gardiste. Son organe d'expression est

Si vous ne l'aimez pas, il semble étrange de le donner à Teixeira, qui ne se distingue ni comme avant-gardiste ni comme appréciateur de l'esthétique avant-gardiste. Son organe d'expression est propre motu, a réalisé le tirage de l'affiche, mais vu son avant-garde, il ne l'aurait pas aimé et l'affiche n'aurait pas été réalisée.

, a réalisé le tirage de l'affiche, mais vu son avant-garde, il ne l'aurait pas aimé et l'affiche n'aurait pas été réalisée.

, a réalisé le tirage de l'affiche, mais vu son avant-garde, il ne l'aurait pas aimé et l'affiche n'aurait pas été réalisée.

Il y a aussi une autre question à résoudre. Y est le frottement d'un des plis intérieurs jusqu'à ce qu'il se casse. Si le timbre était stocké longtemps et si le pli n'était pas manipulé, il serait très difficile qu'il se casse, voire qu'un morceau de papier disparaisse, aussi médiocre soit-il.

Il y a aussi une autre question à résoudre. Y est le frottement d'un des plis intérieurs jusqu'à ce qu'il se casse. Si le timbre était stocké longtemps et si le pli n'était pas manipulé, il serait très difficile qu'il se casse, voire qu'un morceau de papier disparaisse, aussi médiocre soit-il.31, Il y a aussi une autre question à résoudre. Y est le frottement d'un des plis intérieurs jusqu'à ce qu'il se casse. Si le timbre était stocké longtemps et si le pli n'était pas manipulé, il serait très difficile qu'il se casse, voire qu'un morceau de papier disparaisse, aussi médiocre soit-il. doncIl y a aussi une autre question à résoudre. Y est le frottement d'un des plis intérieurs jusqu'à ce qu'il se casse. Si le timbre était stocké longtemps et si le pli n'était pas manipulé, il serait très difficile qu'il se casse, voire qu'un morceau de papier disparaisse, aussi médiocre soit-il.

Il n'y a aucune preuve que Mazas ait eu une relation avec Teixeira. Cependant, il y a des références à des relations qu'il aurait pu avoir avec des personnalités et des intellectuels portugais. Un livre du poète Alfredo Barata da Rocha est conservé dans la collection Fernández Mazas, Flanders MistIl n'y a aucune preuve que Mazas ait eu une relation avec Teixeira. Cependant, il y a des références à des relations qu'il aurait pu avoir avec des personnalités et des intellectuels portugais. Un livre du poète Alfredo Barata da Rocha est conservé dans la collection Fernández Mazas,32Il n'y a aucune preuve que Mazas ait eu une relation avec Teixeira. Cependant, il y a des références à des relations qu'il aurait pu avoir avec des personnalités et des intellectuels portugais. Un livre du poète Alfredo Barata da Rocha est conservé dans la collection Fernández Mazas, Le Pueblo GallegoIl n'y a aucune preuve que Mazas ait eu une relation avec Teixeira. Cependant, il y a des références à des relations qu'il aurait pu avoir avec des personnalités et des intellectuels portugais. Un livre du poète Alfredo Barata da Rocha est conservé dans la collection Fernández Mazas, le Zarpa une illustration de C.F.M. accompagnant une note de société sur une conférence du poète Antonio Nobre au Liceo Recreo Orensano33. une illustration de C.F.M. accompagnant une note de société sur une conférence du poète Antonio Nobre au Liceo Recreo Orensano une illustration de C.F.M. accompagnant une note de société sur une conférence du poète Antonio Nobre au Liceo Recreo Orensanoune illustration de C.F.M. accompagnant une note de société sur une conférence du poète Antonio Nobre au Liceo Recreo Orensanoune illustration de C.F.M. accompagnant une note de société sur une conférence du poète Antonio Nobre au Liceo Recreo Orensano Gaceta de Galiciaune illustration de C.F.M. accompagnant une note de société sur une conférence du poète Antonio Nobre au Liceo Recreo Orensano Le Portugal en vue une illustration de C.F.M. accompagnant une note de société sur une conférence du poète Antonio Nobre au Liceo Recreo Orensano une illustration de C.F.M. accompagnant une note de société sur une conférence du poète Antonio Nobre au Liceo Recreo Orensano Artiste proche du futurisme a collaboré au numéro 2 du magazine Orpheu Artiste proche du futurisme a collaboré au numéro 2 du magazineArtiste proche du futurisme a collaboré au numéro 2 du magazineArtiste proche du futurisme a collaboré au numéro 2 du magazine Athéna depuis Pessoa Artiste proche du futurisme a collaboré au numéro 2 du magazine Artiste proche du futurisme a collaboré au numéro 2 du magazineArtiste proche du futurisme a collaboré au numéro 2 du magazine. Artiste proche du futurisme a collaboré au numéro 2 du magazine

Quant aux peintres portugais qui apparaissent dans nous, sont plus proches du modernisme que de l'avant-garde, très loin des propositions plus contemporaines, plus attractives – également portugaises –, celles qui intéressaient Montes et Mazas. Je veux dire, ils s'adaptent parfaitement. nous, sont plus proches du modernisme que de l'avant-garde, très loin des propositions plus contemporaines, plus attractives – également portugaises –, celles qui intéressaient Montes et Mazas. Je veux dire, ils s'adaptent parfaitement. nous , sont plus proches du modernisme que de l'avant-garde, très loin des propositions plus contemporaines, plus attractives – également portugaises –, celles qui intéressaient Montes et Mazas. Je veux dire, ils s'adaptent parfaitement., sont plus proches du modernisme que de l'avant-garde, très loin des propositions plus contemporaines, plus attractives – également portugaises –, celles qui intéressaient Montes et Mazas. Je veux dire, ils s'adaptent parfaitement., sont plus proches du modernisme que de l'avant-garde, très loin des propositions plus contemporaines, plus attractives – également portugaises –, celles qui intéressaient Montes et Mazas. Je veux dire, ils s'adaptent parfaitement. , sont plus proches du modernisme que de l'avant-garde, très loin des propositions plus contemporaines, plus attractives – également portugaises –, celles qui intéressaient Montes et Mazas. Je veux dire, ils s'adaptent parfaitement.

, sont plus proches du modernisme que de l'avant-garde, très loin des propositions plus contemporaines, plus attractives – également portugaises –, celles qui intéressaient Montes et Mazas. Je veux dire, ils s'adaptent parfaitement.
, sont plus proches du modernisme que de l'avant-garde, très loin des propositions plus contemporaines, plus attractives – également portugaises –, celles qui intéressaient Montes et Mazas. Je veux dire, ils s'adaptent parfaitement.

En ce qui concerne les relations avec le Portugal du groupe d'amis les plus proches de Mazas, on pourrait souligner en dehors de Montes lui-même, qui avait un poste d'ambassadeur culturel pendant les premières années de la dictature franquiste,En ce qui concerne les relations avec le Portugal du groupe d'amis les plus proches de Mazas, on pourrait souligner en dehors de Montes lui-même, qui avait un poste d'ambassadeur culturel pendant les premières années de la dictature franquiste, En ce qui concerne les relations avec le Portugal du groupe d'amis les plus proches de Mazas, on pourrait souligner en dehors de Montes lui-même, qui avait un poste d'ambassadeur culturel pendant les premières années de la dictature franquiste,En ce qui concerne les relations avec le Portugal du groupe d'amis les plus proches de Mazas, on pourrait souligner en dehors de Montes lui-même, qui avait un poste d'ambassadeur culturel pendant les premières années de la dictature franquiste,En ce qui concerne les relations avec le Portugal du groupe d'amis les plus proches de Mazas, on pourrait souligner en dehors de Montes lui-même, qui avait un poste d'ambassadeur culturel pendant les premières années de la dictature franquiste, nous, comme Julio de Lemos, Salvato Feijóo, Severino de Faria, Antonio de Magalhaes, Passos Lima, Joao Verde, Dionis Köpke, Juan Mimoso, Luciano Pereira da Silva, Serafín Neves, comme Julio de Lemos, Salvato Feijóo, Severino de Faria, Antonio de Magalhaes, Passos Lima, Joao Verde, Dionis Köpke, Juan Mimoso, Luciano Pereira da Silva, Serafín Neves, comme Julio de Lemos, Salvato Feijóo, Severino de Faria, Antonio de Magalhaes, Passos Lima, Joao Verde, Dionis Köpke, Juan Mimoso, Luciano Pereira da Silva, Serafín Neves La ville du sourire , comme Julio de Lemos, Salvato Feijóo, Severino de Faria, Antonio de Magalhaes, Passos Lima, Joao Verde, Dionis Köpke, Juan Mimoso, Luciano Pereira da Silva, Serafín Neves Institut historique du Minho, comme Julio de Lemos, Salvato Feijóo, Severino de Faria, Antonio de Magalhaes, Passos Lima, Joao Verde, Dionis Köpke, Juan Mimoso, Luciano Pereira da Silva, Serafín Neves , comme Julio de Lemos, Salvato Feijóo, Severino de Faria, Antonio de Magalhaes, Passos Lima, Joao Verde, Dionis Köpke, Juan Mimoso, Luciano Pereira da Silva, Serafín Neves

Álvaro de las Casas écrit plusieurs lettres à Teixeira de Pascoaes et, à l'exception de celle qu'il lui envoie le 31 mai 1923, dans aucune d'elles il ne fait référence à quoi que ce soit qui ait à voir avec l'art, encore moins avec le timbre qui est analysé. Je dois signaler qu'en 1931, Mazas s'est éloigné de lui à la suite des faits du statut d'autonomie déjà mentionnés. On parlait d'Álvaro de las Casas comme possible gouverneur civil, alors les radicaux d'Orense envoyèrent un télégramme à la presse madrilène contre Otero Pedrayo et de las Casas, les accusant d'être des réactionnaires.Álvaro de las Casas écrit plusieurs lettres à Teixeira de Pascoaes et, à l'exception de celle qu'il lui envoie le 31 mai 1923, dans aucune d'elles il ne fait référence à quoi que ce soit qui ait à voir avec l'art, encore moins avec le timbre qui est analysé. Je dois signaler qu'en 1931, Mazas s'est éloigné de lui à la suite des faits du statut d'autonomie déjà mentionnés. On parlait d'Álvaro de las Casas comme possible gouverneur civil, alors les radicaux d'Orense envoyèrent un télégramme à la presse madrilène contre Otero Pedrayo et de las Casas, les accusant d'être des réactionnaires.

Álvaro de las Casas écrit plusieurs lettres à Teixeira de Pascoaes et, à l'exception de celle qu'il lui envoie le 31 mai 1923, dans aucune d'elles il ne fait référence à quoi que ce soit qui ait à voir avec l'art, encore moins avec le timbre qui est analysé. Je dois signaler qu'en 1931, Mazas s'est éloigné de lui à la suite des faits du statut d'autonomie déjà mentionnés. On parlait d'Álvaro de las Casas comme possible gouverneur civil, alors les radicaux d'Orense envoyèrent un télégramme à la presse madrilène contre Otero Pedrayo et de las Casas, les accusant d'être des réactionnaires. Álvaro de las Casas écrit plusieurs lettres à Teixeira de Pascoaes et, à l'exception de celle qu'il lui envoie le 31 mai 1923, dans aucune d'elles il ne fait référence à quoi que ce soit qui ait à voir avec l'art, encore moins avec le timbre qui est analysé. Je dois signaler qu'en 1931, Mazas s'est éloigné de lui à la suite des faits du statut d'autonomie déjà mentionnés. On parlait d'Álvaro de las Casas comme possible gouverneur civil, alors les radicaux d'Orense envoyèrent un télégramme à la presse madrilène contre Otero Pedrayo et de las Casas, les accusant d'être des réactionnaires. avec Álvaro de las Casas ou Eugenio Montes susmentionnés Álvaro de las Casas écrit plusieurs lettres à Teixeira de Pascoaes et, à l'exception de celle qu'il lui envoie le 31 mai 1923, dans aucune d'elles il ne fait référence à quoi que ce soit qui ait à voir avec l'art, encore moins avec le timbre qui est analysé. Je dois signaler qu'en 1931, Mazas s'est éloigné de lui à la suite des faits du statut d'autonomie déjà mentionnés. On parlait d'Álvaro de las Casas comme possible gouverneur civil, alors les radicaux d'Orense envoyèrent un télégramme à la presse madrilène contre Otero Pedrayo et de las Casas, les accusant d'être des réactionnaires. –tous très proches de Cándido Fernández Mazas– qui, avant tous les intellectuels galiciens, lui ont rendu visite à Amarante. Mais des trois, c'est Bernárdez qui, à partir de références strictement documentaires, met Teixeira en contact – indirectement – ​​avec l'œuvre de Mazas.

–tous très proches de Cándido Fernández Mazas– qui, avant tous les intellectuels galiciens, lui ont rendu visite à Amarante. Mais des trois, c'est Bernárdez qui, à partir de références strictement documentaires, met Teixeira en contact – indirectement – ​​avec l'œuvre de Mazas.

–tous très proches de Cándido Fernández Mazas– qui, avant tous les intellectuels galiciens, lui ont rendu visite à Amarante. Mais des trois, c'est Bernárdez qui, à partir de références strictement documentaires, met Teixeira en contact – indirectement – ​​avec l'œuvre de Mazas. Jardin d'enfants–tous très proches de Cándido Fernández Mazas– qui, avant tous les intellectuels galiciens, lui ont rendu visite à Amarante. Mais des trois, c'est Bernárdez qui, à partir de références strictement documentaires, met Teixeira en contact – indirectement – ​​avec l'œuvre de Mazas.–tous très proches de Cándido Fernández Mazas– qui, avant tous les intellectuels galiciens, lui ont rendu visite à Amarante. Mais des trois, c'est Bernárdez qui, à partir de références strictement documentaires, met Teixeira en contact – indirectement – ​​avec l'œuvre de Mazas.–tous très proches de Cándido Fernández Mazas– qui, avant tous les intellectuels galiciens, lui ont rendu visite à Amarante. Mais des trois, c'est Bernárdez qui, à partir de références strictement documentaires, met Teixeira en contact – indirectement – ​​avec l'œuvre de Mazas. esthétique Muiñeira–tous très proches de Cándido Fernández Mazas– qui, avant tous les intellectuels galiciens, lui ont rendu visite à Amarante. Mais des trois, c'est Bernárdez qui, à partir de références strictement documentaires, met Teixeira en contact – indirectement – ​​avec l'œuvre de Mazas.–tous très proches de Cándido Fernández Mazas– qui, avant tous les intellectuels galiciens, lui ont rendu visite à Amarante. Mais des trois, c'est Bernárdez qui, à partir de références strictement documentaires, met Teixeira en contact – indirectement – ​​avec l'œuvre de Mazas.. Mais le document le plus définitif, et dans lequel il ne fait aucun doute que Teixeira voit une œuvre de Mazas, est la lettre datée du 17 novembre 1923 à Dacón, et dans laquelle la description du document de Mazas passe inaperçue des chercheurs : « Francisco Luis ( caricature réalisée par F.M.) Bernárdez” . Mais le document le plus définitif, et dans lequel il ne fait aucun doute que Teixeira voit une œuvre de Mazas, est la lettre datée du 17 novembre 1923 à Dacón, et dans laquelle la description du document de Mazas passe inaperçue des chercheurs : « Francisco Luis ( Caricature feita par FM) Bernárdez” lettre dans laquelle il demande à Teixeira s'il a reçu Jardin d'enfants. Mais le document le plus définitif, et dans lequel il ne fait aucun doute que Teixeira voit une œuvre de Mazas, est la lettre datée du 17 novembre 1923 à Dacón, et dans laquelle la description du document de Mazas passe inaperçue des chercheurs : « Francisco Luis ( Caricature feita par FM) Bernárdez”. Mais le document le plus définitif, et dans lequel il ne fait aucun doute que Teixeira voit une œuvre de Mazas, est la lettre datée du 17 novembre 1923 à Dacón, et dans laquelle la description du document de Mazas passe inaperçue des chercheurs : « Francisco Luis ( Caricature feita par FM) Bernárdez”

Vicente Risco semble exclu, en raison de la distance qui le sépare de Mazas. Dans les lettres qu'il envoie à Teixeira, il n'y a que des mentions de Vicente Risco semble exclu, en raison de la distance qui le sépare de Mazas. Dans les lettres qu'il envoie à Teixeira, il n'y a que des mentions de Vicente Risco semble exclu, en raison de la distance qui le sépare de Mazas. Dans les lettres qu'il envoie à Teixeira, il n'y a que des mentions de

Vicente Risco semble exclu, en raison de la distance qui le sépare de Mazas. Dans les lettres qu'il envoie à Teixeira, il n'y a que des mentions de celtique, les autres s'auto-publiaient - puisqu'il ne facturait pas pour le faire. Mazas était plutôt un brillant illustrateur dont le travail n'était pas à la hauteur de la littérature de ses amis, à l'exception peut-être d'Augusto Casas y Montes.

Bien que l'image qui est présentée renvoie encore une fois Mazas à Orense, et -apparemment à la Génération nousBien que l'image qui est présentée renvoie encore une fois Mazas à Orense, et -apparemment à la Bien que l'image qui est présentée renvoie encore une fois Mazas à Orense, et -apparemment à la


1 Bien que l'image qui est présentée renvoie encore une fois Mazas à Orense, et -apparemment à la communications mixtes. Éditorial Galaxie. Vigo, 1973.Op. cit. Éditorial Galaxie. Vigo, 1973.Op. cit . Éditorial Galaxie. Vigo, 1973.Op. cit

2 . Éditorial Galaxie. Vigo, 1973.Op. cit. Éditorial Galaxie. Vigo, 1973.Op. cit Au revoirg.155).

3 . Éditorial Galaxie. Vigo, 1973.Op. cit. Éditorial Galaxie. Vigo, 1973.Op. cit

4 . Éditorial Galaxie. Vigo, 1973.Op. cit Sculptural qui n'a jamais été publié. Accompagnement de l'anarchiste américaine Emma Goldmann lors de sa visite en Espagne. contributeur de magazine seuil qui n'a jamais été publié. Accompagnement de l'anarchiste américaine Emma Goldmann lors de sa visite en Espagne. contributeur de magazine

5 qui n'a jamais été publié. Accompagnement de l'anarchiste américaine Emma Goldmann lors de sa visite en Espagne. contributeur de magazinequi n'a jamais été publié. Accompagnement de l'anarchiste américaine Emma Goldmann lors de sa visite en Espagne. contributeur de magazine qui n'a jamais été publié. Accompagnement de l'anarchiste américaine Emma Goldmann lors de sa visite en Espagne. contributeur de magazine qui n'a jamais été publié. Accompagnement de l'anarchiste américaine Emma Goldmann lors de sa visite en Espagne. contributeur de magazine qui n'a jamais été publié. Accompagnement de l'anarchiste américaine Emma Goldmann lors de sa visite en Espagne. contributeur de magazine Pqui n'a jamais été publié. Accompagnement de l'anarchiste américaine Emma Goldmann lors de sa visite en Espagne. contributeur de magazine

6 Les seules plaques d'impression de Mazas qui sont conservées sont celles qui ont servi à faire le livre d'Augusto Casas Moulin d'étoilesqui n'a jamais été publié. Accompagnement de l'anarchiste américaine Emma Goldmann lors de sa visite en Espagne. contributeur de magazine

7 Les intellectuels galiciens et Teixeira de Pascoaesqui n'a jamais été publié. Accompagnement de l'anarchiste américaine Emma Goldmann lors de sa visite en Espagne. contributeur de magazine

8 Correspondance. Manuel Antonio. Ed. Galaxie. Vigo, 1979. Pages 76 et 77. Lettre de Vicente Risco à Manoel Antonio, 14 septembre 1920.

9 Tour Eiffel. Manuel Antonio. Ed. Galaxie. Vigo, 1979. Pages 76 et 77. Lettre de Vicente Risco à Manoel Antonio, 14 septembre 1920. . Manuel Antonio. Ed. Galaxie. Vigo, 1979. Pages 76 et 77. Lettre de Vicente Risco à Manoel Antonio, 14 septembre 1920.

dix . Manuel Antonio. Ed. Galaxie. Vigo, 1979. Pages 76 et 77. Lettre de Vicente Risco à Manoel Antonio, 14 septembre 1920. les composants du groupe réunis à cette époque autour de Don Vicente Risco, je ne l'ai plus écouté, ni Don Vicente ni Prego ni Trabazos les composants du groupe réunis à cette époque autour de Don Vicente Risco, je ne l'ai plus écouté, ni Don Vicente ni Prego niles composants du groupe réunis à cette époque autour de Don Vicente Risco, je ne l'ai plus écouté, ni Don Vicente ni Prego ni les composants du groupe réunis à cette époque autour de Don Vicente Risco, je ne l'ai plus écouté, ni Don Vicente ni Prego ni Catalogue d'exposition anthologique sur le centenaire de sa naissance. Cercle des Beaux-Arts de Madrid, 2002. Catalogue d'exposition anthologique sur le centenaire de sa naissance. Cercle des Beaux-Arts de Madrid, 2002. 13.

11 «Catalogue d'exposition anthologique sur le centenaire de sa naissance. Cercle des Beaux-Arts de Madrid, 2002. Catalogue d'exposition anthologique sur le centenaire de sa naissance. Cercle des Beaux-Arts de Madrid, 2002. Catalogue d'exposition anthologique sur le centenaire de sa naissance. Cercle des Beaux-Arts de Madrid, 2002. Catalogue d'exposition anthologique sur le centenaire de sa naissance. Cercle des Beaux-Arts de Madrid, 2002.

12 Catalogue d'exposition anthologique sur le centenaire de sa naissance. Cercle des Beaux-Arts de Madrid, 2002. Vignette annonçant Aguas de Mondaríz. Revista Nós nº 16. 1er février 1923. Le fait qu'il n'ait pas été signé par Mazas et le respect scrupuleux de sa décision (voir note nº 28) ont fait qu'il n'a pas été inclus dans le "Catalogue canonique" de 2002. Il y a eu consultation par María Victoria Carballo Calero pour l'inclure dans "L'illustration dans le magazine Nós. Revista Nós nº 16. 1er février 1923. Le fait qu'il n'ait pas été signé par Mazas et le respect scrupuleux de sa décision (voir note nº 28) ont fait qu'il n'a pas été inclus dans le "Catalogue canonique" de 2002. Il y a eu consultation par María Victoria Carballo Calero pour l'inclure dans "

13 . Revista Nós nº 16. 1er février 1923. Le fait qu'il n'ait pas été signé par Mazas et le respect scrupuleux de sa décision (voir note nº 28) ont fait qu'il n'a pas été inclus dans le "Catalogue canonique" de 2002. Il y a eu consultation par María Victoria Carballo Calero pour l'inclure dans " Vella arc. Revista Nós nº 16. 1er février 1923. Le fait qu'il n'ait pas été signé par Mazas et le respect scrupuleux de sa décision (voir note nº 28) ont fait qu'il n'a pas été inclus dans le "Catalogue canonique" de 2002. Il y a eu consultation par María Victoria Carballo Calero pour l'inclure dans "

14 « Dans la Diputación de Orense, une toile réalisée à Paris a été exposée. La pléthore de littérature critique et rétrograde est allée voir le tableau, un magnifique nu à saveur post-impressionniste, avec la volonté de « supprimer la lumière » (...) Le plus prestigieux de ces intellectuels a lancé devant la toile, que « Fenêtre sur le terrain », il a été surnommé un chant de Noël de consécration académique. Ce nu, physiologique comme les meilleurs de la Renaissance, a brisé l'amidon « cubiste » dans lequel vivait son auteur emprisonné par l'art du commérage littéraire. « Dans la Diputación de Orense, une toile réalisée à Paris a été exposée. La pléthore de littérature critique et rétrograde est allée voir le tableau, un magnifique nu à saveur post-impressionniste, avec la volonté de « supprimer la lumière » (...) Le plus prestigieux de ces intellectuels a lancé devant la toile, que « Fenêtre sur le terrain », il a été surnommé un chant de Noël de consécration académique. Ce nu, physiologique comme les meilleurs de la Renaissance, a brisé l'amidon « cubiste » dans lequel vivait son auteur emprisonné par l'art du commérage littéraire. « Dans la Diputación de Orense, une toile réalisée à Paris a été exposée. La pléthore de littérature critique et rétrograde est allée voir le tableau, un magnifique nu à saveur post-impressionniste, avec la volonté de « supprimer la lumière » (...) Le plus prestigieux de ces intellectuels a lancé devant la toile, que « Fenêtre sur le terrain », il a été surnommé un chant de Noël de consécration académique. Ce nu, physiologique comme les meilleurs de la Renaissance, a brisé l'amidon « cubiste » dans lequel vivait son auteur emprisonné par l'art du commérage littéraire. « Dans la Diputación de Orense, une toile réalisée à Paris a été exposée. La pléthore de littérature critique et rétrograde est allée voir le tableau, un magnifique nu à saveur post-impressionniste, avec la volonté de « supprimer la lumière » (...) Le plus prestigieux de ces intellectuels a lancé devant la toile, que « Fenêtre sur le terrain », il a été surnommé un chant de Noël de consécration académique. Ce nu, physiologique comme les meilleurs de la Renaissance, a brisé l'amidon « cubiste » dans lequel vivait son auteur emprisonné par l'art du commérage littéraire.

15 « Dans la Diputación de Orense, une toile réalisée à Paris a été exposée. La pléthore de littérature critique et rétrograde est allée voir le tableau, un magnifique nu à saveur post-impressionniste, avec la volonté de « supprimer la lumière » (...) Le plus prestigieux de ces intellectuels a lancé devant la toile, que « Fenêtre sur le terrain », il a été surnommé un chant de Noël de consécration académique. Ce nu, physiologique comme les meilleurs de la Renaissance, a brisé l'amidon « cubiste » dans lequel vivait son auteur emprisonné par l'art du commérage littéraire. Nu. nous N° 31. 25 juillet 1926.

16 N° 31. 25 juillet 1926. Compte immoralN° 31. 25 juillet 1926. IlsN° 31. 25 juillet 1926.

17 « En dehors de la Galice, le développement des affiches d'auteurs galiciens était plus proche des préoccupations d'avant-garde que les années de la République ont choqué tout l'art espagnol. C'est le cas de l'affiche réalisée par Cándido Fernández Mazas pour le théâtre des Missions Pédagogiques en 1934. Il s'agit d'un simple dessin aux couleurs vives sur le thème du clin d'œil : son dessin exprime, dans la sensibilité raffinée de ses lignes, une force poétique qui se dégage de toute l'oeuvre plastique de cet artiste d'Ourense. Il est dommage que son travail dans ce domaine soit si limité dans sa conception graphique. » Maria Luisa neveu Conception d'affiche en Galice« En dehors de la Galice, le développement des affiches d'auteurs galiciens était plus proche des préoccupations d'avant-garde que les années de la République ont choqué tout l'art espagnol. C'est le cas de l'affiche réalisée par Cándido Fernández Mazas pour le théâtre des Missions Pédagogiques en 1934. Il s'agit d'un simple dessin aux couleurs vives sur le thème du clin d'œil : son dessin exprime, dans la sensibilité raffinée de ses lignes, une force poétique qui se dégage de toute l'oeuvre plastique de cet artiste d'Ourense. Il est dommage que son travail dans ce domaine soit si limité dans sa conception graphique. » « En dehors de la Galice, le développement des affiches d'auteurs galiciens était plus proche des préoccupations d'avant-garde que les années de la République ont choqué tout l'art espagnol. C'est le cas de l'affiche réalisée par Cándido Fernández Mazas pour le théâtre des Missions Pédagogiques en 1934. Il s'agit d'un simple dessin aux couleurs vives sur le thème du clin d'œil : son dessin exprime, dans la sensibilité raffinée de ses lignes, une force poétique qui se dégage de toute l'oeuvre plastique de cet artiste d'Ourense. Il est dommage que son travail dans ce domaine soit si limité dans sa conception graphique. »« En dehors de la Galice, le développement des affiches d'auteurs galiciens était plus proche des préoccupations d'avant-garde que les années de la République ont choqué tout l'art espagnol. C'est le cas de l'affiche réalisée par Cándido Fernández Mazas pour le théâtre des Missions Pédagogiques en 1934. Il s'agit d'un simple dessin aux couleurs vives sur le thème du clin d'œil : son dessin exprime, dans la sensibilité raffinée de ses lignes, une force poétique qui se dégage de toute l'oeuvre plastique de cet artiste d'Ourense. Il est dommage que son travail dans ce domaine soit si limité dans sa conception graphique. »

18 « En dehors de la Galice, le développement des affiches d'auteurs galiciens était plus proche des préoccupations d'avant-garde que les années de la République ont choqué tout l'art espagnol. C'est le cas de l'affiche réalisée par Cándido Fernández Mazas pour le théâtre des Missions Pédagogiques en 1934. Il s'agit d'un simple dessin aux couleurs vives sur le thème du clin d'œil : son dessin exprime, dans la sensibilité raffinée de ses lignes, une force poétique qui se dégage de toute l'oeuvre plastique de cet artiste d'Ourense. Il est dommage que son travail dans ce domaine soit si limité dans sa conception graphique. » Sainte Margorie. La Région, 1973. La Réponse de Luis Trabazo –Lettre à Emilio Canda. Fernández Mazas (Dichi)– C'est du 15 novembre 1973, également dans le journal La Región. Paradoxe historique, c'est Emilio Canda qui, dans les années 1970, parlait de Mazas alors qu'il était l'un des rédacteurs phalangistes de La Région, 1973. La réponse de Luis Trabazo date du 15 novembre 1973. Paradoxe historique, c'est Emilio Canda qui, dans les années 1970, parlait de Mazas alors qu'il était l'un des rédacteurs phalangistes de le journal qui occupait le siège et s'empara de la presse écrite de Basilio. Álvarez le Zarpa: «Une autre personne décisive dans le journal et qui apparaît comme fondateur dans la deuxième étape était le journaliste de Ribada Emilio CandaLa Région, 1973. La réponse de Luis Trabazo date du 15 novembre 1973. Paradoxe historique, c'est Emilio Canda qui, dans les années 1970, parlait de Mazas alors qu'il était l'un des rédacteurs phalangistes de La Région, 1973. La réponse de Luis Trabazo date du 15 novembre 1973. Paradoxe historique, c'est Emilio Canda qui, dans les années 1970, parlait de Mazas alors qu'il était l'un des rédacteurs phalangistes de La Région, 1973. La réponse de Luis Trabazo date du 15 novembre 1973. Paradoxe historique, c'est Emilio Canda qui, dans les années 1970, parlait de Mazas alors qu'il était l'un des rédacteurs phalangistes deLa Région, 1973. La réponse de Luis Trabazo date du 15 novembre 1973. Paradoxe historique, c'est Emilio Canda qui, dans les années 1970, parlait de Mazas alors qu'il était l'un des rédacteurs phalangistes de

Mazas était plutôt un brillant illustrateur dont le travail n'était pas à la hauteur de la littérature de ses amis, sauf peut-être pour Augusto Casas y Montes Autour de la « Palette Galice » publié dans La Región, le 8 septembre 1974, dans lequel il revient sur le sujet du livre de Mazas, et dans lequel il lui rend un mauvais service avec ses élucubrations.

19 La Région, 1973. La réponse de Luis Trabazo date du 15 novembre 1973. Paradoxe historique, c'est Emilio Canda qui, dans les années 1970, parlait de Mazas alors qu'il était l'un des rédacteurs phalangistes de Vignette annonçant Aguas de MondarízLa Région, 1973. La réponse de Luis Trabazo date du 15 novembre 1973. Paradoxe historique, c'est Emilio Canda qui, dans les années 1970, parlait de Mazas alors qu'il était l'un des rédacteurs phalangistes de

20 "... il a animé son désir avec le stigmate du mystère, enfermant son corps dans le déguisement hermétique que Fantomas a adopté dans sa série d'aventures cinématographiques." "... il a animé son désir avec le stigmate du mystère, enfermant son corps dans le déguisement hermétique que Fantomas a adopté dans sa série d'aventures cinématographiques." Notes pour un biographie de Cándido Fernández Mazas. Catalogue d'exposition anthologique sur le centenaire de sa naissance. Cercle des Beaux-Arts de Madrid, 2002. "... il a animé son désir avec le stigmate du mystère, enfermant son corps dans le déguisement hermétique que Fantomas a adopté dans sa série d'aventures cinématographiques."

21 "... il a animé son désir avec le stigmate du mystère, enfermant son corps dans le déguisement hermétique que Fantomas a adopté dans sa série d'aventures cinématographiques."

22 "... il a animé son désir avec le stigmate du mystère, enfermant son corps dans le déguisement hermétique que Fantomas a adopté dans sa série d'aventures cinématographiques."

23 "... il a animé son désir avec le stigmate du mystère, enfermant son corps dans le déguisement hermétique que Fantomas a adopté dans sa série d'aventures cinématographiques."

24 Catalogue d'exposition anthologique sur le centenaire de sa naissance. Cercle des Beaux-Arts de Madrid, 2002. Le dernier frac d'un Volterian"... il a animé son désir avec le stigmate du mystère, enfermant son corps dans le déguisement hermétique que Fantomas a adopté dans sa série d'aventures cinématographiques." Catalogue d'exposition anthologique sur le centenaire de sa naissance. Cercle des Beaux-Arts de Madrid, 2002. "... il a animé son désir avec le stigmate du mystère, enfermant son corps dans le déguisement hermétique que Fantomas a adopté dans sa série d'aventures cinématographiques."

25 "... il a animé son désir avec le stigmate du mystère, enfermant son corps dans le déguisement hermétique que Fantomas a adopté dans sa série d'aventures cinématographiques." prof dans son dévouement dans le Sept chansons d'au-delà, fait référence à lui, car bien conscient que la ville avec le «fil tondu, fait référence à lui, car bien conscient que la ville avec le « Roue ibérique, fait référence à lui, car bien conscient que la ville avec le « embargo Plusieurs choses sont à noter. Le premier qu'un peintre aussi essentiel à Valente dans la gestation de son propre travail que Paul Klee est, pour Risco, un motif de ridicule puisqu'il laisse écrit dans les fragments de Europe centralePlusieurs choses sont à noter. Le premier qu'un peintre aussi essentiel à Valente dans la gestation de son propre travail que Paul Klee est, pour Risco, un motif de ridicule puisqu'il laisse écrit dans les fragments de Mangeur de fleurs Plusieurs choses sont à noter. Le premier qu'un peintre aussi essentiel à Valente dans la gestation de son propre travail que Paul Klee est, pour Risco, un motif de ridicule puisqu'il laisse écrit dans les fragments de nous Plusieurs choses sont à noter. Le premier qu'un peintre aussi essentiel à Valente dans la gestation de son propre travail que Paul Klee est, pour Risco, un motif de ridicule puisqu'il laisse écrit dans les fragments deC'est un petit cahier où sur fond noir comme un tableau noir d'école, il est stylisé de très fines reines blanches et rouges. Une sorte de bête qui si vous ne savez pas si c'est un renard ou un cochon, parmi une masse de fleurs. Mangeur de fleurs C'est un petit cahier où sur fond noir comme un tableau noir d'école, il est stylisé de très fines reines blanches et rouges. Une sorte de bête qui si vous ne savez pas si c'est un renard ou un cochon, parmi une masse de fleurs.

La seconde est que Risco n'a jamais été avant-gardiste (pas même pendant son stage de dilettante) mais bien au contraire, comme on peut le voir dans sa correspondance avec Manuel Antonio (Op. Cit. Dans ce même article, page 4). Le troisième qui, dans un article de Risco publié dans La région La seconde est que Risco n'a jamais été avant-gardiste (pas même pendant son stage de dilettante) mais bien au contraire, comme on peut le voir dans sa correspondance avec Manuel Antonio (Op. Cit. Dans ce même article, page 4). Le troisième qui, dans un article de Risco publié dans Le café moderneLa seconde est que Risco n'a jamais été avant-gardiste (pas même pendant son stage de dilettante) mais bien au contraire, comme on peut le voir dans sa correspondance avec Manuel Antonio (Op. Cit. Dans ce même article, page 4). Le troisième qui, dans un article de Risco publié dans Journal anonyme,(Galaxia-Gutenberg/Círculo de Lectores, 2011) P. 212. quoique d'une tout autre manière – et magistralement, bien sûr –, dans l'entrée datée du 25 avril 1981, c'est-à-dire trente ans plus tard et dédiée à Manuel Luis Acuña (quelqu'un de la génération de Mazas). C'est à la fin de cet article du Risco qu'il parle de Fernández Mazas, comme un de plus parmi tous ceux qu'il cite. Que ce nom -qui appartenait à l'un des illustrateurs de le Zarpa de Basilio Álvarez– serait passé inaperçu de Valente, c'est le vrai drame.

La prétendue récupération de Risco pour l'art moderne et l'avant-garde, qui aurait dû avoir lieu vers 1952 avec l'article qu'il a écrit sur Antonio Saura, qu'il n'a pas connu personnellement mais à travers l'amitié du peintre avec Valente. On connaît bien la lettre que Saura écrit à Risco pour le remercier d'un article qu'il aurait écrit sur une de ses expositions et que le polygraphe d'Ourense reçoit en mars 1952. Mais dans un autre article paru dans le journal La région, titré Rassemblements-focus La prétendue récupération de Risco pour l'art moderne et l'avant-garde, qui aurait dû avoir lieu vers 1952 avec l'article qu'il a écrit sur Antonio Saura, qu'il n'a pas connu personnellement mais à travers l'amitié du peintre avec Valente. On connaît bien la lettre que Saura écrit à Risco pour le remercier d'un article qu'il aurait écrit sur une de ses expositions et que le polygraphe d'Ourense reçoit en mars 1952. Mais dans un autre article paru dans le journal conaisseur d'art. Et il dit de lui-même qu'"il était encore plus doctrinaire", bien qu'on ne sache pas très bien ce qu'il veut dire. Il cite Tzará que Mazas avait pourtant rencontré à Paris et Risco le savait, mais il se tait. Bref, il écrit en montrant lui-même ses défauts et en évitant de reconnaître Mazas comme tout ce qu'il a été. Et surtout réclamer nous "Tout ce mouvement" d'art. Et il dit de lui-même qu'"il était encore plus doctrinaire", bien qu'on ne sache pas très bien ce qu'il veut dire. Il cite Tzará que Mazas avait pourtant rencontré à Paris et Risco le savait, mais il se tait. Bref, il écrit en montrant lui-même ses défauts et en évitant de reconnaître Mazas comme tout ce qu'il a été. Et surtout réclamer

26 Dans les principales maisons spécialisées dans la vente de produits de gravure, la plus grande surface de linoléum qu'elles desservent – ​​et qu'elles considèrent comme extra – a des dimensions de 50 x 70 cm. Mais jusqu'à il n'y a pas si longtemps, il n'existait pas dans une taille aussi grande, étant la plus grande pouvant être obtenue 33 x 50 cm. Des mesures comme on le voit, inférieures à celles de l'impression en cours d'analyse.

27 Dans les principales maisons spécialisées dans la vente de produits de gravure, la plus grande surface de linoléum qu'elles desservent – ​​et qu'elles considèrent comme extra – a des dimensions de 50 x 70 cm. Mais jusqu'à il n'y a pas si longtemps, il n'existait pas dans une taille aussi grande, étant la plus grande pouvant être obtenue 33 x 50 cm. Des mesures comme on le voit, inférieures à celles de l'impression en cours d'analyse.Dans les principales maisons spécialisées dans la vente de produits de gravure, la plus grande surface de linoléum qu'elles desservent – ​​et qu'elles considèrent comme extra – a des dimensions de 50 x 70 cm. Mais jusqu'à il n'y a pas si longtemps, il n'existait pas dans une taille aussi grande, étant la plus grande pouvant être obtenue 33 x 50 cm. Des mesures comme on le voit, inférieures à celles de l'impression en cours d'analyse. Du surréalisme en complémentDans les principales maisons spécialisées dans la vente de produits de gravure, la plus grande surface de linoléum qu'elles desservent – ​​et qu'elles considèrent comme extra – a des dimensions de 50 x 70 cm. Mais jusqu'à il n'y a pas si longtemps, il n'existait pas dans une taille aussi grande, étant la plus grande pouvant être obtenue 33 x 50 cm. Des mesures comme on le voit, inférieures à celles de l'impression en cours d'analyse.

28 « Nous avons noté que Mazas apportait un soin particulier à la signature (…) –d'habitude il ne signait pas ses dessins–. Et oui, seulement ceux qui étaient satisfaits de son résultat... Si une œuvre – qu'elle soit littéraire ou artistique – n'atteignait pas, à son avis, une catégorie suffisante, ou était considérée comme une note ou une esquisse ou un projet d'une nouvelle interprétation, alors ce n'était pas signé. La signature signifiait pour lui la considération définitive. « Nous avons noté que Mazas apportait un soin particulier à la signature (…) –d'habitude il ne signait pas ses dessins–. Et oui, seulement ceux qui étaient satisfaits de son résultat... Si une œuvre – qu'elle soit littéraire ou artistique – n'atteignait pas, à son avis, une catégorie suffisante, ou était considérée comme une note ou une esquisse ou un projet d'une nouvelle interprétation, alors ce n'était pas signé. La signature signifiait pour lui la considération définitive. Esthétique Fernández Mazas. qui n'a jamais été publié. Accompagnement de l'anarchiste américaine Emma Goldmann lors de sa visite en Espagne. contributeur de magazine « Nous avons noté que Mazas apportait un soin particulier à la signature (…) –d'habitude il ne signait pas ses dessins–. Et oui, seulement ceux qui étaient satisfaits de son résultat... Si une œuvre – qu'elle soit littéraire ou artistique – n'atteignait pas, à son avis, une catégorie suffisante, ou était considérée comme une note ou une esquisse ou un projet d'une nouvelle interprétation, alors ce n'était pas signé. La signature signifiait pour lui la considération définitive. P « Nous avons noté que Mazas apportait un soin particulier à la signature (…) –d'habitude il ne signait pas ses dessins–. Et oui, seulement ceux qui étaient satisfaits de son résultat... Si une œuvre – qu'elle soit littéraire ou artistique – n'atteignait pas, à son avis, une catégorie suffisante, ou était considérée comme une note ou une esquisse ou un projet d'une nouvelle interprétation, alors ce n'était pas signé. La signature signifiait pour lui la considération définitive.

29 « Nous avons noté que Mazas apportait un soin particulier à la signature (…) –d'habitude il ne signait pas ses dessins–. Et oui, seulement ceux qui étaient satisfaits de son résultat... Si une œuvre – qu'elle soit littéraire ou artistique – n'atteignait pas, à son avis, une catégorie suffisante, ou était considérée comme une note ou une esquisse ou un projet d'une nouvelle interprétation, alors ce n'était pas signé. La signature signifiait pour lui la considération définitive. Carnet de croquis pédagogique« Nous avons noté que Mazas apportait un soin particulier à la signature (…) –d'habitude il ne signait pas ses dessins–. Et oui, seulement ceux qui étaient satisfaits de son résultat... Si une œuvre – qu'elle soit littéraire ou artistique – n'atteignait pas, à son avis, une catégorie suffisante, ou était considérée comme une note ou une esquisse ou un projet d'une nouvelle interprétation, alors ce n'était pas signé. La signature signifiait pour lui la considération définitive. « Nous avons noté que Mazas apportait un soin particulier à la signature (…) –d'habitude il ne signait pas ses dessins–. Et oui, seulement ceux qui étaient satisfaits de son résultat... Si une œuvre – qu'elle soit littéraire ou artistique – n'atteignait pas, à son avis, une catégorie suffisante, ou était considérée comme une note ou une esquisse ou un projet d'une nouvelle interprétation, alors ce n'était pas signé. La signature signifiait pour lui la considération définitive.

30 S. famille de Guimarâes et installée à Porto. Selon la référence du galeriste qui a fourni le tirage, si tel est l'origine de celui-ci.

31 S. famille de Guimarâes et installée à Porto. Selon la référence du galeriste qui a fourni le tirage, si tel est l'origine de celui-ci. Les intellectuels galiciens et Teixeira de Pascoaes. Epistolario. Eloísa Álvarez et Isaac Alonso Estraviz. Éditions du Castro. Sada, 1999, p. 25.

32 . Eloísa Álvarez et Isaac Alonso Estraviz. Éditions du Castro. Sada, 1999, p. 25.robes . Eloísa Álvarez et Isaac Alonso Estraviz. Éditions du Castro. Sada, 1999, p. 25. Renaissance. Eloísa Álvarez et Isaac Alonso Estraviz. Éditions du Castro. Sada, 1999, p. 25.

33 le Zarpa . Eloísa Álvarez et Isaac Alonso Estraviz. Éditions du Castro. Sada, 1999, p. 25.

une illustration de C.F.M. accompagnant une note de société sur une conférence du poète Antonio Nobre au Liceo Recreo Orensano . Eloísa Álvarez et Isaac Alonso Estraviz. Éditions du Castro. Sada, 1999, p. 25. avec Portugal bien qu'il ait écrit Mazas sur Santa Rita, un article auquel je me référerai dans la note suivante, malgré le fait que Bonet le connaissait pour l'avoir revu dans son Dictionnaire des avant-gardes en Espagne 1907–1936Portugal bien qu'il ait écrit Mazas sur Santa Rita, un article auquel je me référerai dans la note suivante, malgré le fait que Bonet le connaissait pour l'avoir revu dans son Portugal bien qu'il ait écrit Mazas sur Santa Rita, un article auquel je me référerai dans la note suivante, malgré le fait que Bonet le connaissait pour l'avoir revu dans sonPortugal bien qu'il ait écrit Mazas sur Santa Rita, un article auquel je me référerai dans la note suivante, malgré le fait que Bonet le connaissait pour l'avoir revu dans son Sud-ouestPortugal bien qu'il ait écrit Mazas sur Santa Rita, un article auquel je me référerai dans la note suivante, malgré le fait que Bonet le connaissait pour l'avoir revu dans son

Artiste proche du futurisme a collaboré au numéro 2 du magazine « L'anarchie a duré de nombreuses années ; il fallait tout détruire. Santa Rita avec ses costumes de clown, avec ses costumes de clown, a promené son anarchie à travers Lisbonne. C'est venu de la culture, c'est venu de la civilisation, c'est venu de Paris. (…) Santa Rita est revenue à Paris. De nombreuses anecdotes sont racontées sur son passage à Montparnasse… Mais il était déjà tard ; la neurasthénie de ses blagues l'avait accablé (…) Au Café du Dôme, il montra plusieurs fois à ses compagnons un poignard florentin qui l'accompagnait toujours. Avec des yeux hallucinés, des yeux souriants, moitié en plaisantant, moitié sérieusement, Santa Rita a dit qu'elle apportait ce poignard pour assassiner Pablo Ruíz Picasso "Dans les principales maisons spécialisées dans la vente de produits de gravure, la plus grande surface de linoléum qu'elles desservent – ​​et qu'elles considèrent comme extra – a des dimensions de 50 x 70 cm. Mais jusqu'à il n'y a pas si longtemps, il n'existait pas dans une taille aussi grande, étant la plus grande pouvant être obtenue 33 x 50 cm. Des mesures comme on le voit, inférieures à celles de l'impression en cours d'analyse. Le Portugal en vue. Revista de Galicia nº 1. Vigo, 4 août 1929.

Artiste proche du futurisme a collaboré au numéro 2 du magazine . Revista de Galicia nº 1. Vigo, 4 août 1929. ATHENA». Revista de Galicia nº 1. Vigo, 4 août 1929.. Revista de Galicia nº 1. Vigo, 4 août 1929. journalisme par Fernández Mazas. Revista de Galicia nº 1. Vigo, 4 août 1929.

, sont plus proches du modernisme que de l'avant-garde, très loin des propositions plus contemporaines, plus attractives – également portugaises –, celles qui intéressaient Montes et Mazas. Je veux dire, ils s'adaptent parfaitement. . Revista de Galicia nº 1. Vigo, 4 août 1929. . Revista de Galicia nº 1. Vigo, 4 août 1929. . Revista de Galicia nº 1. Vigo, 4 août 1929.

En ce qui concerne les relations avec le Portugal du groupe d'amis les plus proches de Mazas, on pourrait souligner en dehors de Montes lui-même, qui avait un poste d'ambassadeur culturel pendant les premières années de la dictature franquiste, « …du dialogue du premier régime franquiste –dont l'un des représentants culturels à Lisbonne serait certainement l'ex–ultraiste Eugenio Montes– » Juan Manuel Bonet. (op.cit) Portugal bien qu'il ait écrit Mazas sur Santa Rita, un article auquel je me référerai dans la note suivante, malgré le fait que Bonet le connaissait pour l'avoir revu dans son« …du dialogue du premier régime franquiste –dont l'un des représentants culturels à Lisbonne serait certainement l'ex–ultraiste Eugenio Montes– » Juan Manuel Bonet. (op.cit)

En ce qui concerne les relations avec le Portugal du groupe d'amis les plus proches de Mazas, on pourrait souligner en dehors de Montes lui-même, qui avait un poste d'ambassadeur culturel pendant les premières années de la dictature franquiste, Eugène Montes. Lettre adressée à Álvaro de las Casas le 2 octobre 1938 de l'hôtel Cristina de Séville. La lettre est envoyée à votre adresse à Foz do Douro, O Porto. Et c'est là que – comme déjà mentionné dans un autre écrit – Eugenio Montes offre à Álvaro un poste dans le nouvel ordre en tant qu'agent culturel. Il semble qu'Álvaro n'aurait pas dû accepter, puisqu'il a fini par s'exiler. Je ne sais pas si quelque chose que Montes lui a commandé est paru dans la presse portugaise. Je mets entre guillemets certains des paragraphes les plus intéressants de ladite lettre : « À La Corogne, j'ai parlé plusieurs fois à la radio, à la demande des militaires. Quelques jours à Orense – Risco, sachant que j'étais là, m'a appelé d'Allariz, et nous avons parlé comme autrefois » (….) « J'ai eu l'occasion de parler avec le général Franco, qui m'a reçu avec une gentillesse affectueuse que je n'oublierai jamais… Il m'a confié certaines missions qui sont ce qui me fait résider à Séville » (…) « Il faut qu'on soit en contact. Dites-moi ce que vous voulez faire, en précisant les choses. Dans tous les cas, soyez calme et joyeux, tout ira pour le mieux. De José Antonio, nous savons qu'il vit. Pensez un peu à l'Institut de Lisbonne et écrivez-moi quelques pages à l'appui des relations culturelles entre l'Espagne et le Portugal, qui maintenant peuvent et doivent être intenses. Personne mieux que vous ne peut suggérer des projets à cet égard. Je suis là, je suis le même que toujours, ton meilleur ami,

Eugène Montes.

Eugène Montes.

, comme Julio de Lemos, Salvato Feijóo, Severino de Faria, Antonio de Magalhaes, Passos Lima, Joao Verde, Dionis Köpke, Juan Mimoso, Luciano Pereira da Silva, Serafín Neves Eugène Montes. Eugène Montes.Eugène Montes.

Álvaro de las Casas écrit plusieurs lettres à Teixeira de Pascoaes et, à l'exception de celle qu'il lui envoie le 31 mai 1923, dans aucune d'elles il ne fait référence à quoi que ce soit qui ait à voir avec l'art, encore moins avec le timbre qui est analysé. Je dois signaler qu'en 1931, Mazas s'est éloigné de lui à la suite des faits du statut d'autonomie déjà mentionnés. On parlait d'Álvaro de las Casas comme possible gouverneur civil, alors les radicaux d'Orense envoyèrent un télégramme à la presse madrilène contre Otero Pedrayo et de las Casas, les accusant d'être des réactionnaires. Eugène Montes.

–tous très proches de Cándido Fernández Mazas– qui, avant tous les intellectuels galiciens, lui ont rendu visite à Amarante. Mais des trois, c'est Bernárdez qui, à partir de références strictement documentaires, met Teixeira en contact – indirectement – ​​avec l'œuvre de Mazas. Eugène Montes. Eugène Montes.Eugène Montes.

–tous très proches de Cándido Fernández Mazas– qui, avant tous les intellectuels galiciens, lui ont rendu visite à Amarante. Mais des trois, c'est Bernárdez qui, à partir de références strictement documentaires, met Teixeira en contact – indirectement – ​​avec l'œuvre de Mazas. "Ce mois-ci, je vous enverrai des livres nouveaux et matures d'ici. Parmi eux, "l'Esthétique de la muiñeira" du galicien Euxenio Montes". Les intellectuels galiciens et Teixeira de Pascoaes. Épistolaire. "Ce mois-ci, je vous enverrai des livres nouveaux et matures d'ici. Parmi eux, "l'Esthétique de la muiñeira" du galicien Euxenio Montes". Les intellectuels galiciens et Teixeira de Pascoaes. Épistolaire.

. Mais le document le plus définitif, et dans lequel il ne fait aucun doute que Teixeira voit une œuvre de Mazas, est la lettre datée du 17 novembre 1923 à Dacón, et dans laquelle la description du document de Mazas passe inaperçue des chercheurs : « Francisco Luis ( Caricature feita par FM) Bernárdez” "Ce mois-ci, je vous enverrai des livres nouveaux et matures d'ici. Parmi eux, "l'Esthétique de la muiñeira" du galicien Euxenio Montes". Les intellectuels galiciens et Teixeira de Pascoaes. Épistolaire.

Journée de l'illustration 2020:
Cándido Fernández Mazas


Le jour de l'illustration 2020, nous rendons hommage à l'illustrateur, artiste et écrivain d'Ourense, Cándido Fernández Mazas. Avec cette courte vidéo, nous passons en revue sa vie et son travail.
Une production de PUFA et le Département de la politique culturelle du gouvernement de la Galice
Scénario: Alberto Guitián
Animation et vidéo: Martín Romero, Isabel Vila
Musique: «Gnossienne n.º 1», d’Erik Satie, de Roberto Casteleiro
Plus d'informations sur www.diadailustracion.gal