Catégorie, mythe et vérité.
Une lecture esthétique de la poésie et récit Fernandez Mazas

Arturo Casas

Pour le petit Daniel,
dessin seins yeux lumineux

Sin voluntad de clasificar ni de limitar su compleja personalidad intelectual y artística, sino con la intención de situar esta en el contexto histórico y en el campo cultural que le son propios, es preciso hacer explicitas las coordenadas en las que se movió el escritor Cándido Fernández Mazas, en especial por aplicación de una perspectiva sociológico-cultural que ofrezca un plano mínimo de referencias y de tomas de posición, tanto de las compartidas como de las individuales. Tal plano tendría alguna validez si fuese capaz de informarnos, por ejemplo, de qué supusieron las propuestas del autor en relación con la tradición inmediata y con las líneas dominantes en la producción literaria del momento, tanto en el horizonte español como en el gallego. Al lado de quién se situó y frente a qué tipo de actitudes e intervenciones operó?

Comme beaucoup d'artistes de son temps, Fernández Mazas était un artiste multiple, à la fois plastique et la dimension littéraire. domine le dernier secteur quantitativement dramatique, qui ne traitera pas ici qu'indirectement si1Mais il faut aussi avoir un essayiste et critique vocation polémiste2Avec les estampes et (récit descriptif) fragments3 et un dévouement à la poésie qui pourrait être décrit comme témoignage. Ce territoire est le dernier dans lequel prédomine la langue galicienne, bien qu'il y ait anecdotique tentative d'écriture automatique en français et un petit groupe de poèmes en castillan4. De plus, divers témoignages de contraste difficile à ce stade, parler de l'existence de pertes et projetés des travaux de construction, sans doute la mise en œuvre effective. Rafael Dieste mentionné dans la préface du volume Santa Margori *, Les cornes follesLe projet d'un livre de poèmes -Aleteia- il a également mentionné Augusto M. Casas dans le célèbre « Outline da nova galicienne la poésie », publié dans le dernier numéro de nous (1935). Et Torrente Ballester a rappelé que « un dimanche après-midi [1930] nous a lu, quelques amis, une comédie en galicien, deux qui avaient »5

Il y a un point de Torrente d'intérêt utilisé dans ce texte, qui décrit le rassemblement de La Granja « Le Hayfield » au début des années trente. Ce café Madrid a été le lieu de rencontre, j'ai appelé le « groupe LA POÊLE.« Précisément pour constituer ce magazine qui a couru Otero Espasandín et parraine Eduardo Dieste l'une des réalisations les plus remarquables de six années de coexistence, le débat et la participation du public d'un noyau d'écrivains et d'artistes relativement cohérente, la plupart d'entre eux Galiciens, à Madrid de l'aurore boréale républicain (Casas 1997: 261-347). L'une de ses décisions groupe une plus grande importance socio-culturel a été la participation enthousiaste dans les missions pédagogiques prévues et dirigées par Manuel B. Cossio. Dans le cadre des missions, le Théâtre Guignol est une entreprise qui appartenait presque entièrement à l'auto panidasCoordonné par Rafael Dieste. Mais revenons à la note de Torrente, très définition par rapport aux voies intellectuelles Mazas et les personnes les plus proches de lui. Il se lit comme suit:

Il a parlé de sa littérature comme sa peinture: comme un tas de problèmes plutôt que des solutions. Il avait été à Paris; l'avant-garde ne le satisfaisait pas comme ça, comme des solutions, mais avait laissé leur esprit planté de problèmes (ibid)

Une telle situation spirituelle ou intellectuelle, et l'attitude corrélative sont importants, en effet, de comprendre l'environnement dans lequel le groupe activité créatrice et critique qui étaient des mentors Eduardo et Rafael Dieste frères et développé également impliquant Otero précités Espasandín, Eugenio F. Granell, Mosquée Alberto Fernandez, Antonio Sánchez Barbudo, Enrique Fernández Sendón (talons) Et Jésus Bal et Gay; moins de liens permanents ou plus tard Carmen Muñoz, Lorenzo Varela, Antonio Baltar, María Zambrano, Roberto Blanco Torres, Ramón Gaya, Carlos Gurméndez, Arturo Souto, Carlos Maside et Urban Lugrís. A côté de ces livres de paie, devrait faire mention de magistères expressément reconnues dans les pages de LA POÊLE.Principalement parce qu'ils aident plan établi une concordance etoestéticas. Les noms sont maintenant Unamuno, Antonio Machado, Valle-Inclan, Cossio et Azana. Dans le domaine intellectuel, et dans une certaine mesure, également dans le domaine vital, ce sont les références les plus remarquables.

Portrait d'Antonio Sánchez Barbudo par Ramón Gaya Le travail scolaireNo. 19-20 (Septembre-Octobre 1933)

Le plus grand de Dieste, Eduardo, diplomate et écrivain né en Uruguay en 1882, renvoyé à plusieurs reprises à une disposition d'esprit dans leurs livres problématiques sur l'esthétique, en particulier dans Teseo. problèmes littéraires (Montevideo 1938) et Teseo. Les problèmes de l'art (Buenos Aires, 1940). Conformément à moi-même, je l'ai fait valoir que l'une des particularités du groupe LA POÊLE. -diríase que Mazas- était clairement applicable à leur propension à problematizador penser, même un parti pris de aporétique et la critique, ne sont pas couverts par les coordonnées idéologiques ou artistiques du considéré tendance la écoleEt que du point de vue épistémologique doit beaucoup à Kant sur les fondamentaux et la phénoménologie husserlienne dans les attitudes.

Portrait de Rafael Dieste par Ramón Gaya Le travail scolaireNo. 19-20 (Septembre-Octobre 1933)

En parlant de Mazas, cette même caractéristique peut être vu dans l'arène politique, même considéré comme la spécificité dérivée de sa collaboration avec le P.O.U.M. -Party trotskyste fondée en Septembre 1935, qui était entré dans les trois autres Groupe Fernández: Granell, Mosquée et talons, Ce dernier vient lui-même comme Andreu Nin, relations communistes ou de gauche peu de fluide avec le nationalisme galicien orthodoxe, avec qui elle avait plus d'une rencontre frontale dans les années trente et, esthétique et sociologique clé culturel et distancé dans ce genre de manifeste est « une ligne dans la culture galicienne » texte publié en Septembre 1929 au cours du bref voyage de Gaceta de Galice.6 Vicente Risco l'idéologue et stratège en chef galleguisme au cours des années vingt, classer sans doute l'auteur Santa MargoríEn collaboration avec Rafael Dieste, dans le domaine de hypercritiques, refiriéndose con esta etiqueta a algo más que a un inconformismo teórico o vital. Con todo hay un aspecto que singulariza a Mazas en relación con sus compañeros de grupo: su vocación polemizadora y sus discrepancias tuvieron a menudo una formulación tensa, contundente en las formas y en el fondo, nada conciliadora. José Manuel Bouzas (1998: 307) ha expuesto lo siguiente:

La dificultad de subsistencia como artista es mucho más difícil para alguien que, como Cándido, es incapaz de someterse a nada ni a nadie por un logro; de una capacidad dialéctica forjada en la propia autoexigencia y ascesis intelectual –temible incluso para sus compañeros curtidos en el debate– , de una violencia verbal y un sarcasmo hiriente que podía llegar a la crueldad. Tal era su ansia de perfección y de pureza.

Esto sorprenderá, acaso, a quien sólo conozca al dibujante o al pintor de sensibilidad más lírica y sosegada (al de la serie de dibujos parisinos por ejemplo), aun teniendo en consideración la última de las frases de Bouzas que se citan, por la cual quedan interconectadas la voluntad ascética y la aspiración a la pureza con un rigor dialéctico aristado en la disciplina del método y en unos insobornables principios éticos. Carlos Gurméndez (1981: 7-29) ofrece algunas otras pistas sobre los posibles motivos últimos de esta inclinación que sería empobrecedor entender como un mero geste ou comme l'un parmi les envidentes artiste déséquilibres psychiques, une personne de la « vocation dionysiaque » selon les points Dieste dans son « Introduction » à Santa Margorí, Emprunter l'étiquette Mazas- lui-même, mais toujours sur le point d'angoisse étrange que tout à coup transformé son humeur joyeuse, si splendidement dialogale et amical, dans un outsider ou fantastiquement suspect « (V) étant. Gurméndez est également aux relations humaines Mazas, plus particulièrement érotique et émotionnel, pour discuter de vos conflits les plus profonds. L'amour pour Margarita Xirgu et d'autres actrices, les relations avec un aristocrate ou créature naïve ... plasticité conceptuelle forte décrit l'ami de l'humeur: il parle d'un amour angélisme et de contradictions dramatiques Mazas a essayé de l'expliquer par référence à amour intellectuel Spinoza. Par conséquent appel aussi aux enfants comme irrécupérables paradis intransitif de pureté et de beauté, menacés par des dangers sombres. Et à cet égard, nous devons considérer la récurrence particulière des mythes se croisent dans son travail, le Don Juan et Barb Bleu, se sont souvent trompés ou déçus, indécise ou timide, dans un renversement de processus confus ou au moins démystification dans la littérature espagnole du premier tiers du XXe siècle a des propositions variées (Grau, Valle-Inclan, Marañón, Pérez de Ayala, Machado, Azorín, Jardiel Poncela ....)7

En el fondo de algunas de las cuestiones vistas latiría la difícil convergencia entre el materialismo dialéctico y el esencialismo idealista, o entre Historia y eternalismo utópico, o entre la realidad efímera y el deseo de trascendencia; mucho más acuciante en un pensador y creador cuyos presupuestos éticos y estéticos –nueva coincidencia con Rafael Dieste, acaso por referencia común a Max Scheler ya Marjan Paszkiewicz– estaban inscritos en un sistema axiológico, en un marco de valores constituido, elaborado y asumido como resultante de un largo y complejo proceso íntimo, parece que en la orilla misma de la angustia existencial. Todas estas tribulaciones tenían que sustanciarse con intensidad en alguien que próximo al trotskismo, propendía de modo irreprimible al esoterismo ya las diversas neosofías de la hora, a veces en el límite del misticismo y el orfismo;8 quelqu'un qui a été attiré par la satire politique et le temps par le lyrisme neopopularista, par le théâtre psychanalytiques Lenormand et Platon, pour Balzac et à la fois par Ibsen.

Dans tous les cas, comme nous le lisons dans les écrits de Armando Fernández Mazas et contraste avec d'autres sources, la personnalité de Cándido utilisé pour transmettre la sécurité remarquable et la résolution. Il semblerait que ses intellectuels et vitaux confusions enfin distillant la confiance en soi, à la fois n l'acte créateur et l'exercice critique.

****

portrait astrologique de C. F. Mazas par Primitivo Rodriguez Sanjurjo, folles

Cándido Fernández est susceptible de connaître des bouleversements Mazas et intellectuels similaires dans la dernière décennie, par exemple au cours de leurs années où vigueses cercle avec le rétrécissement important groupe d'intellectuels participant au projet Le Pueblo Gallego, Journal penchant libéral qui, en 1927, est devenu la propriété de Manuel Portela Valladares et de 1924 avait pris le relais de son prédécesseur Galice, Fortement gardée par la censure primorriverista. Culturaliste dans leur galleguisme, des moments progressifs, fédéralistes et filosocialista, Le Pueblo Gallego fue ante todo un medio pluralista y no excluyente. En sus páginas publicaron autores tan dispares como Indalecio Prieto, Vicente Risco, Pérez de Ayala, Andrenio, Largo Caballero, Castelao, Francisco L. Bernárdez, Ramón Gómez de la Serna, Víctor Casas, Azorín, los hermanos Villar Ponte o Wenceslao Fernández Florez. Otero Pedrayo recordaba a este respecto que en la puerta del despacho del director figuraba un cartel con la leyenda “Esta es la avenida de la libertad. Aquí puede escribir todo el mundo”. Entre los redactores e ilustradores de la plantilla, al lado de Mazas, hubo nombres de la talla de Rafael Dieste, Amado Villar, Carlos Maside, Eugenio Montes, Roberto Blanco Torres, Felipe Fernández Armesto, Luis Amado Carballo o Evaristo Correa Calderón. En el ideario de la redacción, publicado en el número del 1 de enero de 1926, se leían frases como esta: “Sabemos que un periódico es tanto más alto y frondoso cuantas más hondas raíces tenga en el alma popular”; o esta otra referida al grupo de redactores: “Somos profundamente diversos y no obstante, o quizá gracias a eso, nuestras voluntades forman el más armonioso y firme ensamblaje”9.

Mazas a également la participation à d'autres projets d'intervention journalistique et socio-culturels. Par exemple, ceux qui sont liés à l'auto Galice, Ou le agrarista le Zarpa, Où il a rencontré Roberto Blanco Torres, Jacinto Santiago et Manuel Rivas Lustres. aussi AlfarIci, la main de Luis HuicidixOu déjà très moindre mesure nous. Se evidencia en esta nómina una cierta heterogeneidad en las tendencias ideológica y estética, también presente en el núcleo Ourensano de amistades en el que Mazas creció alrededor de sus veinte años: al lado de Eugenio Montes, Álvaro de las Casas, Manuel Cid, Xavier Bóveda, Francisco L. Bernárdez, Manolo Méndez o Madriñán Neira (A.Fernández Mazas, 1992; Bouzas 1998).

El conjunto de las aportaciones relevantes de la preguerra gallega en el ámbito del pensamiento estético es más diversa de lo que comúnmente se reconoce (Casas, 2000). Correspondió al nacionalismo ligado a las Irmandades da Fala la activación de los debates sobre las limitaciones de la pintura regionalista a partir de 1916. Los recorridos ideológicos de Castelao y Risco a lo largo del segundo y tercer decenios del siglo XX representan en cifra biográfica e intelectual un proceso que entre otros frutos deparó el ambiente idóneo para la consolidación del Movimiento Renovador de la plástica gallega y una recepción bastante crítica de los textos doctrinales y de los productos artísticos salidos de las factorías de las vanguardias históricas europeas. La convergencia de Risco y Castelao tenía en sí misma algo de inexplicable, y pese a abarcar varias esferas no duró demasiado. Bajo la perspectiva histórica, la empresa del “Grupo Nós” en el terreno estético se revela marcada aún por algunas pautas ilustradas, pero sometidas al etnicismo orgánico-historicista de Ovidio Murguía y matizadas por el espíritu de la investigación cultural propio del “Seminariode Estudos Galegos”.

Un peu trop simpliste parler parfois opposition entre la pensée nationaliste conservateur du « Groupe Nós » et tendance universalistes la non-anthropologique representada cuando menos por dos líneas actuantes a partir de los primeros años veinte. Una de ellas sería la inciada por Alfar et continue en chapitres comme Estela, con referencias claras al ultraísmo y receptiva en general a los lenguajes de las vanguardias (incuso con una tardía manifestación surrealista). La otra sería la que aspiró a establecer unas bases sistemáticas de relativa abstracción conceptual para el pensamiento estético y teórico gallego, con influencias de Dilthey, Croce, Scheler, D’Ors, Ortega y la fenomenología, incluso de Heidegger o del materialismo histórico y el marxismo a partir de cierta altura. La dinñamica entre esas orientaciones es demasiado compleja para detenernos ante ella, pero debería bastar la consideración de trayectorias como las de Xoán V.Viqueira, Álvaro de las Casas, Rafael Dieste, Eugenio Montes, Francisco Miguel o el propio Fernández Mazas para convencernos de la existencia de zonas de convergencia y de (con)fusión de horizontes en absoluto despreciables.

Certaines des contributions les plus importantes de la pensée esthétique Galice sont extrêmement deux-guerres diaphanes dans la déclaration des sources théoriques nutricias. Plus, avec une probabilité, Muiñeira esthétique (1923) Eugenio Montes, où des allusions à Feijoo, Goethe, Vossler, à Worringer, D'Ors à, pour réussir Mais Cocteau ... intéressé se référant en particulier au Mouvement du renouveau -nouveau- qui a son principal Dieste théorique et critique. à nouveau el cometido primordial fue la determinación de Galicia en cuanto categoría estética integradora de un sistema de valores capacitado para revelar, además de un orden sensitivo-sentimental y antropológico, una entidad ontológica. Maside fue de todo aquel grupo de artistas plásticos el más cartesiano, pero todos los componentes del grupo –en general poco dados a la teorización– evidenciaron sed de experimentación técnica y apertura reflexiva a las corrientes de vanguardia, en un proceso que partió del conocimiento de las obras de Cézanne, Picasso y Matisse, también de los textos teóricos de Kandisnky, pero que enseguida se diversificó para atender distintas tendencias del expresionismo (sobre todo en el primer Maside, en Souto y en Laxeiro), Le cubisme, le surréalisme et la peinture métaphysique italienne. au ontologique furor battant sur les propositions du groupe plastique serait encore ajouter une prédisposition à transpintura, Comprise comme le résultat d'une krausista de vocation esthétique, qui étaient aussi réceptifs Viqueira, les frères et Dieste Fernández Mazas.

L'approche théorique de Maside et Rafael Dieste en ce qui concerne le domaine esthétique est plus remarquable, mais la première à gauche théorisation peu écrit. Les deux ont partagé un, adapté pour trait de la méthode phénoménologique tout aussi important Viqueira et Mazas depuis le début des années vingt, l'esprit régionaliste dans notre auteur est susceptible de diriger la lecture Ortega, plutôt que l'influence de Montes (A. Fernández Mazas, 1992 : 16). vue convenu maside et Dieste Qu'est-ce comme un unité, mystère totale, indivisibleNon accessible par le dossier kantienne la somme des qualités, des impressions ou des catégories. Son effort a donc ordonné de communiquer (sont) directement (avec) objet unité profonde que l'intégrité, jamais avec une structure de données ordonnée. Comme chez Heidegger et Hartmann, le dévoilement de la chose son apparaître- ne signifiait pour eux la disparition du mystère. Cette clé permet de comprendre la propagation rapide de la Galice avait depuis la fin des années vingt, les idées de Franz Roh sur le réalisme magique, courant auquel à différents moments de l'avant-guerre mentionnés, quoique sans enthousiasme, à la fois Maside comme Dieste, Seoane, Mazas ou Cunqueiro.

Portrait de Eugenio Montes esthétique Muiñeira. Séparée du magazine nous No. 13 (SC, 1922)

Rafael Dieste Galice représente l'effort de construction le plus important dans un système esthétique. Un tel système avait sur lui des fondations phénoménologiques rigoureuses, axiológica ou méthode d'estimation Scheler et de base Crocean et, enfin, horizons épistémologiques etopolíticos liée au début de la empathie et le neokantismo après la ratiovitalism d'Ortega y Gasset, d'évoluer dans les années de la Seconde République et en exil vers elucidadora herméneutiques de conflit, les mythes, la réalité historique et la raison communicative ou dramatique.

Rien de tout cela est étranger à la pensée esthétique de Cándido Fernández Mazas, qui Dieste (1940) se considérait comme créateur plastique de tendance latino-métaphysique. Comme d'autres intellectuels et artistes du moment, Mazas a montré aucun intérêt à formuler systématiquement leurs convictions théoriques. Cela exige de nous une sorte de reconstruction sur la base de la preuve que l'auteur laissé dans plusieurs contributions tâche critique est un peu plus simple de la publication des volumes compilatorios Fernández journalisme Mazas11 (1990), Armando Fernández soin Mazas, et Cándido Fernández Mazas. Sa vie et de travail (1981) de Carlos Gurméndez, qui a déclaré pour l'édition avec l'aide de cela. Nous ferons seulement deux ou trois criques qui nous permettent d'établir une cartographie minimum.

Il est important de commencer par lequel la distance des pages de LA POÊLE. Il a regardé au cours des avant-gardes historiques. Mazas, qui était le critique d'art officiel le magazine, ainsi que son illustrateur le plus souvent, lu en 1935 le surréalisme comme un art en état d'apesanteur et réconfortante, devenir, comme le cubisme, les marchandises auxquelles les propriétaires de galeries et de la bourgeoisie avait alloué la majeure partie de leurs investissements dans la peinture (LA POÊLE., 2: 22). Juste cela. Ce qui aurait pu se produire entre l'année 1922, il avait écrit: « L'homme avec le bâton » empreinte surréaliste également présent au prosas « Cinéma et dimanche » (quelques années plus tard et d'ouverture décrit dans le livre dessins Paris), Et cette plainte 1935? Peut-être, en substance, la conclusion d'un incompatibiliad insoluble entre le goût de l'attitude de nombriliste, premier surréalisme et expérimenté ouverture matérialiste intime, puérile et anhistorique après l'entrée dans le Parti communiste des membres les plus éminents du mouvement . Dans la figure historique l'intimité de la conscience, exciser le monde de ucronía à temporalizarla, était à ses yeux d'une simple impasse paralysant. Le raisonnement est symptomatique de l'évolution et les contradictions propres, plus alláde ce q veulent être sur elle l'iconoclaste Mazas, non seulement critique de ce qui est apparu comme pièges et flatteries du réalisme post-impressionnisme, magique, ... -et l'expressionnisme avec les œuvres de Rousseau, Modigliani, Chagall, Solana ... - mais il est difficile, même dans les procès relatifs à certains moments du créateur de voyage de El Greco, Goya et Vélasquez.

Mais le premier texte important et dans quelle mesure est déjà- « Le nouvel art et Manolo Mendez », d'abord publié dans le journal Galice et recueilli dans Le journalisme Fernández Mazas (Pp.107-110), où il est daté de 1923-1924. La lecture ne laisse aucun doute sur les traces premières importantes de la pensée phénoménologique dans Mazas, il manifeste aussi précise que celle met en évidence cette figure Ortegan phrase: « Inventer est simplement une de trouver des choses. » L'axe de réflexion critique est ici le concept moderne de véritéQuelle philosophie et la science de la journée avaient aidé des marques de déshabillage anachroniques telles que l'unicité, l'universalité, l'immuabilité et intemporalité. ce concept vérité, Vous devez déclarer à l'avance, il est crucial pour comprendre le travail et littéraire et plastique Mazas même son idée de ce que la réalité il va. Il se donne antender que sa conception de la vérité ontologique et la réalité va les filtres esthétiques pro ludique formulation nécessaire (encore une fois, il est évident que l'influence de Ortega). Mais plus important que cela est son hypothèse d'art epojé.

Photographie de Manolo Mendez paru dans le journal Le Pueblo Gallego (25 Juillet)

En husserlienne, la epojé est un retour à deux pas de regarder. Un résultat de sa mise en œuvre est qu'il distribue avec quelque chose (d'où l'habitude réduction). Ainsi, dans le epojé sans autre chose que conserve aussi quelque chose de positif, ce qui est essentiel: la essentiel. Là est précisément la réduction eidétique, qui vise à eidos, L'essence pure.12 Lire à ce que la lumière du paragraphe suivant de l'essai « Le nouvel art et Manolo Mendez » qui devrait-est l'un des insistant pour le plus ancien parmi les Mazas conservés:

Une fois que vous avez trouvé la noúmeno parte el artista hacia la síntesis. De la complejidad de su “no-yo” retira, como elemento amórfico, todo lo que de anecdótico tienen las cosas. Selecciona, pues, el pintor sintético, hacia lo universal. De un gasómetro recoge la medida y la armonía que refleja de todos los gasómetros de su especie. –¡Qué maravilloso sería el pintor que nos diera la síntesis de aquel pobre farol sentimental […] Yo colocaría un bello jarrón en la guerrera atalaya del arte nuevo: “No pintéis la fisonomía de las cosas, una estética no se hace con anécdotas, sino con categorías” (pp.109-110)

Voici quelques-uns des principes qui définissent le travail de Fernández Mazas et son esthétique phénoménologique. Par exemple, l'option primordiale pour la synthèse, le dernier de son abandon du volume et des plaintes au sujet de la phobie espace vide, selon lui, caractérisait la peinture galicienne du moment (ethnography lestée, dites ailleurs) clé. Vide / silence, si important dans son concept de travail artistique. Il est également reflété dans l'article précité orientation essentialist loin de procédés novélisation, Indépendamment de toute taxation thématique anecdotique. Dans la gravure, essentialisme déterminé dans une renonciation à la représentation des traits du visage et de préférence pour la contemplation par-derrièreFuyant le visage et le concrétude de détails. Dans le domaine littéraire apparaît des marques similaires.

Qui préfèrent le noumène abstrait au phénoménal, autrement dit l'intelligible pour le signe sensible pour toujours le rythme des catégories de commander sa parole poétique et même concept de théâtre, compris au sens littéraire dramatique et aussi dans celui de spectacle. Cela a également quitté folletón et le naturalisme; Ici aussi, il était un grec. Dans le théâtre, ou exploité Mazas d'une manière qui ne dévie pas trop de mise en œuvre par ceux-deux-guerres en Europe a favorisé le recouvrement des visualité, masque et de division ou de marionnettes, souvent servi par le haut l'argument pragmatique pour les mythes de performance et de l'économie. Parfois, même contre l'histoire, contre la définition historique des personnages (comme dans Les cornes follesen la légende de Don Juan ou Un roman inachevé), Mais certainement pas de l'histoire, une sorte de évasion mundi. Il est important de noter à cet égard la charge subversive, la dimension politique des œuvres comme celles qui viennent visées, auxquels on peut ajouter sans difficulté Santa Margorí.13 Donc, je pense qu'il serait inapproprié de classer le théâtre Fernández Mazas avec un tel signe paradoxal que Catégories Farce, Qui a la vertu supplémentaire de minorar sans suspenderlas- certaines marques expressionnistes et surréelles dernière -ces juste Santa Margorí- qui s'infiltrer dans l'arrière-plan concept de théâtre, y compris récursion du déroulement et des conséquences pour l'entité (id) et la fragilité des personnages, le plus grand plaisir en costume et même dans une parodie des alternatives de grandeur métamorphiques le principe de causalité ou, de toute façon. La dissolution de la personnalité et dans le monde en marge de sommeil, impostures, division, d'incertitude, d'aliénation.

Une deuxième station dans laquelle il doit cesser et appartient à la phase LA POÊLE. Se abre en concreto en el número 3, de marzo de 1935. Allí publica el ensayo “De los valores vitales artísticos y de su seguimiento” (pp. 41-42), que en buena medida es una continuación del texto que acabamos de ver, por cuanto trata los problemas de la representación artística y de la experiencia de la realidad. Vuelve a referirse, sin nombrarla directamente, a la reducción eidética, descartando la posibilidad de una aprehensión total de la realidad. Asegura Mazas que cuando eso se produce es porque previamente se limitó, tramposamente, la realidad, la vida. En eso consistiría para él la pintura romántica. La opción más legítima sería otra: la conciencia de que lo que es factible representar es sólo une synthèse de l'espèce, Une figure de la vie. Cela signifie que vous ne pouvez pas déplacer vie ou toute réalité l'image. Vous ne pouvez déplacer un signe d'entre eux: l'œuvre artistique, littéraire .... Ils représentent une représentation, ce qui est précisément le résultat de la epojé Initiale. Dans une terminologie pas éloignée: le travail est la représentation d'un expérience ou de l'expérience. Les lecteurs perçoivent ici et dans les notes précédentes quelques similitudes avec le Gestalttheorie.

Je Faun jouant de la flûte. croquis crayon pour le magazine LA POÊLE.Madrid, Thirties

Ces locaux commencent à encadrer leurs tests Velazquez, Goya et Greco (respectivement dans les numéros 4, 5 et 6 LA POÊLE.)Dans lequel propose même deux guides ordonnées des réussites et des échecs, avec des étiquettes qui mettent en valeur les images que minimum, indécis, barbares, artisans exemplaires, Etc., et sont bien conscients que les valeurs de couleur et sa grammaire interne. En ce qui concerne Velázquez était notable controverse avec Ramón Gaya. Fernández Mazas avait censuré étape Ivrognes, La Forge de Vulcain et vue sur le jardin « Villa Medicis« ...,14 juxtaposant leurs réalisations maigres qui, à son avis font saillie Las Lanzas, The Spinners, Las Meninas... et ces portraits, donnant à la magie de la peinture, avaient limité la réalité que pendant un certain temps Velázquez et aspirez pas attraper: Mariana et Marguerite d'Autriche, Philippe IV, le prince Baltasar Carlos ou Fernndo de Autriche.15 Ce qui était le plus ennuyeux de la sensibilité de notre auteur dans des œuvres comme Les bourrés Il était « convertir l'obsession chimérique peindre la vie de transmuter des valeurs impossibles » (p 61.); contre laquelle l'intérêt de la série en tant que valeurs supérieures se trouvent dans le renouvellement que Il donne l'illusion de la réalité et de la vie, suspendue ou même éliminé toute la charge accidentelle. Dans le processus met en avant la lutte de tout, la discipline, l'ascétisme. Tout cela a été observé avec une grande clarté par Carlos Gurméndez (1981: 42-44).

On voit que, même compte tenu de tous les hauts et les bas de différents types vécus par Mazas entre 1923 et 1935, il reste un axe organisateur esthétique à la fois la pensée théorique et son art, graphique, production littéraire et théâtrale. Cet axe apparaît toujours sur les rôles de « Ars Moriendi » derniers textes de la théorie esthétique de l'auteur, écrit au début des années quarante et sauvé par son frère Armando en L'esthétique de Fernández Mazas (Pp.131-134).

Le point trouvé parmi dessins Paris, Fabriqué à partir du portrait du prince Baltasar Carlos Velazquez (Paris, 1925)

En esquema, se trata de la preeminencia de un vector formal-estructural que actúa en detrimento del aporte semántico-temático; de ahí las convergencias vistas con fenomenólogos y gestaltistas. Interpretada de ese modo, tal axialidad esencialista y lógico-sintética podría conducirnos a pensar la obra de Mazas como un ejemplo entre otros de estéticas puristas. Pero conviene estar advertidos sobre la dimensión lírico-metafísica, si se quiere ontológica y hermenéutica (por intencional), indicada por Dieste: no todo se reduce a categorías, medidas, y correspondencias (ahí se habría excedido Gaya). La estética y la poética del autor ourensano, y aquí hay un trazo compartido con el grupo de nouveau, Pas une ligne de morfosintaxis ou ciñena situation. Le soutien et le sens de la demande, puisque la perception. Ils sont liés à la réalisation des aletheia, d'une apparence de la vérité, je dois rappeler que la présence explicite prend le mythe de la main presque toujours Philosofia perennis.

***

L'étude de la dynamique socio-culturelle des groupes impliqués dans le système littéraire galicienne des années vingt et trente, et commencer à regarder dans le paysage spatial de l'avant-guerre lyrique peut parler de quatre unités commerciales principales: l'environnement formé Nous y un NosaTerra (Nationaliste Manuel Antonio comme la principale référence), la charte de l'esprit du Séminaire de Estudos Galegos (culturaliste comme Bouza-Brey comme modèle) généré à partir des relations professionnelles et amicales dans les journaux Galice et surtout Le Pueblo Gallego -où aurait Mazas- et, enfin, qui tournait autour Cunqueiro et bureaux Lyric Est GaliceLe seul des quatre restrictions à l'intervention de la trentaine. Les lignes idéologie de réticulation, sociologique, ces quatre unités esthétiques et littéraires générationnelle16 Ils sont, en tout cas, épais et dense.

Comme l'a suggéré, l'unité centrée sur le comité de rédaction Le Pueblo Gallego et à proximité de collaborateurs moyenne avaient une idéologie non opté en faveur du nationalisme. Et la même chose avec un (sous) plutôt que l'unité de génération peut ajouter aux quatre précédente, mais à un autre niveau, même dans la subordination relative des Le Pueblo Gallego. Il est ce qui forme le groupe lugués Estela, Parfois concomitantes avec l'esprit qui se trouve dans Gazette littérairePrédisposés à jouer un rôle de sertissage difficile et le dialogue entre le projet AlfarLe Iberianist d'avant-garde et de l'aventure proposée par Giménez Caballero, pronacionalistas tendances différentes et une ligne de poètes noyau Le Pueblo Gallego (Correa Calderon et co-promoteur EstelaBien qu'il n'a jamais publié il).17 Poètes intégrés dans l'unité de génération Le Pueblo Gallego Luis Amado Carballo sont, Roberto Blanco Torres, Eugenio Montes, Angel Sevillano, Julius Siguenza, Juan Jesus Gonzalez, Valentin Paix Andrade, Rafael Dieste, Joseph Otero Fernández Espasandín Cándido Mazas et Johan Carballeira. Les cinq derniers publiés dans un livre de poèmes en galicien avant la guerre civile.18 En dépit de ce qui, Mazas, par exemple, est apparu sur la valeur anthologie de la poésie galicienne (1928) Alvaro de las Casas, étant l'attention habituelle à sa poésie dans les scénarios critiques décrits dans les années trente par plusieurs analystes.

Vous ne pouvez pas dire que le noyau des poètes liés à Le Pueblo Gallego partager une poétique spécifique, mais il était hylozoïsme de situation remarquable ou imaginismo Amado Carballo, poète influencé par le symbolisme et le créationnisme. Quelques notes identifiant le imaginismo sont présents dans les poèmes de Galice Mazas, toutes datées en 1927 et a signé avec le pseudonyme Denys Fernandes. Nous localisons l'impressionnisme eclógico dont il a parlé Arcadio Lopez-Casanova, avec la mise en scène des moments du monde naturel et / ou des tâches liées à la culture traditionnelle, décrite par adjectif de déplacement et de divers ordre sensoriel de contagions (couleur, kinesthésique, auditif ...) animisme Mazas est pas aussi intense que cela est devenu commun dans les poètes qui ont suivi le modèle de Amado Carballo, mais ses références à vent ou Terra (metonimia por Galicia) concurren a la línea antropomorfizadora dl mundo natural –prosopopeya en fin– que los hilozoístas reflejaron casi sismpre en movimiento, razón que explica el alto rendimiento de la metáfora verbal. Mazas, dibujante de quietudes y reposos, contrasta en parte con esa tendencia, que en rigor sigue sólo en el poema “Alalás”, el único en el que comparece otro de los rasgos peculiares de la poética imaginista, la reducción del sujeto enunciador a una especie de testigo externo, sin implicación directa o inmediata con lo que su discurso presenta. En “Alalás” el yo poético pone de manifiesto la locura del viento en dos escenarios distintos, la tierra y el mar. En ambos marcos, eñ viento aparece fuera de lugar, en soledad:

Alala LAND maigre:
Sur la rue de la terre
vento de la canne à sucre, Salaia.
LA MER Alala Abra:
Sur la rue de la mer
Le vent fou sanglotait.
Alala VENT mince:
mer et la terre _Pour
ou Tolo vent, en exil!19

Le reste de poèmes est constitué, au contraire, sur des apostrophes pointus qui ciblent un ou vous du doigt (il y a deux poèmes où le bénéficiaire poétique est une jeune femme mozuela Mazas plusieurs fois présents dans le la jeune fille La littérature traditionnelle) ou à un vous presque toujours déterminé par une condition de la communauté. Dans ce dernier cas, ils apparaissent des influences des poètes comme Eduardo Pondal et Curros Enríquez, visibles dans la dimension deux textes civilSi nous entendons bien, mais adoptent un point de ton moral, un peu comme Roberto Blanco Torres. Il est « Aleteia » et « réveil Oo Galego ».

Cependant, la caractéristique la plus évidente dans le corpus poétique de Mazas réside dans sa prise en charge de la métrique populaire rythmique, manifeste dans les modèles de titre et l'architecture du poème que nous venons de voir, ou bien, en présence de vers octosílabo . Ce n'est déshérité en faveur de l'Alexandrin n poème AleteiaQui consacre à Eugenio Montes20 y tiene como lema el apotegma de Platón el hombre es la medida de todas las cosas. La propensión popularista hay que verla, de todos modos, en un marco de mayor amplitud, el que se corresponde con el neotrovadorismo, corriente poética de largo aliento en la literatura gallega a partir de los años veinte. Tal etiqueta agrupa las manifestaciones textuales que contemplaron como modelo la obra de los trovadores gallego-portugueses medievales, en especial en lo que afecta a opciones de carácter métrico, retórico, temático, léxico o genológico.

Si bien poetas como Álvaro Cunqueiro introdujeron sobre estas pautas, no antes de los años treinta, determinados quiebros vanguardistas –hay críticos que hablan incluso de surrealismo–, lo cierto es que en Mazas no se aprecian marcas de ruptura. Sus juegos de innovación afectan apenas al ámbito combinativo o sintáctico. Como es habitual en el neotrovadorismo, la pauta rítmica está inducida por el paralelismo y otros fenómenos de repetición, entre ellos variaciones sobre cassé, mordobres, Imagées, etc. Maillets utilisés en particulier le verset de trois lignes avec la rime étrange, et favorisaient peu dit, présent seulement dans « Abride à Xanela Oomar » poème qui résonnent plusieurs échos Amado Carballo et aussi quelques-uns marin médiévale:

fenêtre Abrid oo Mars
asures que les vents salés
En ila doivent entrer.
maison de bord de mer MINE,
Mon Veiramar d'amour!
fenêtre Abrid oo Mars
dans quelle mesure le bateau a ruges
i mon ben dix arrivé.
maison de bord de mer MINE,
Mon Veiramar d'amour!
fenêtre Abrid mer oo!

De signo bastante diferente es el poema en castellano “Romance de Barba Azul”, publicado por ves primera en El Pueblo Gallego el 25 de Julio de 1929. Comparte con el resto de la poesía de Mazas únicamente el metro tradicional octosílabo y la recreación del lenguaje popular. Pero es notablemente más largo y tiene carácter narrativo, complementado con prosas en el inicio y el final. Incluso se permite la introducción de neologismos y de contrapuntos discursivos limítrofes con las poéticas de las vanguardias: lunas apierrotadas, el kodak… El poeta reelabora la leyenda de Barba Azul, introduciendo a mayores el tópico de los celos por la presencia de un trovador que rima versos de amor mientras el caballero se ocupa en guerras. El imaginario de fondo y el entramado simbólico se compadecen aquí con los que son propios de los dramas y los relatos del autor, desde luego mucho más claramente que en la producción en gallego. El mitema de base no es otro que el de la inocencia, en el romance corporeizada en Margorí (linda zagala), asediada y vencida por la perversión del señor feudal. La pureza ante el mal, también el candor juvenil y la soledad frente a la experiencia mundana y el poder, sobre todo el poder: “I besará tu amapola – oh, tu amapola incendiada!/ y el lino de tu melena, y tus majillas rociadas”. Pero la perversión de Barba Azul trasciende a la que se pueda atribuir a don Juan, porque su signo va más allá de la seducción; lo es también de tortura y de muerte, que recae –y esto es reiterativo en Mazas– sobre una mujer distinta y sola: la moza isolada, lozana, activa, sabia, quizás loca y pasional que tantas veces aparece en sus ficciones. Margorí se casará con Barba Azul porque su misterio de odio, castillo y sangre anima tentaciones irresistibles en su imaginación. Tiempo después entregará su amor a un hombre joven, un trovador. No es difícil establecer correspondencias con la “parábola en tres escenarios” Santa Margorí, Écrit presque en même temps que le roman, mais, naturellement par le dimensiónd lui-même et la partie, beaucoup plus riche en perspectives et des nuances. Autour de toutes ces images obsédantes de l'auteur est ce que la psychologie et Charles Mauron se distinguent comme si mythe personnelLà où il y a un espace pour sonsunción amusant / faux ou pour la destruction réelle de l'auto-homme qui, avec ou sans énonce la souffrance / mort de la femme. Il est si criante dans le poème suivant, où le verbe Muin [Grind] avec euphony cyclique et sympathique qui signifie la poêle la existence, Il a associé le sema négatif de la douleur et de l'anéantissement tragique (du mot, l'amour ... la vie):

Une grande partie des thés Muin:
moulin Muiñeira mignon
le kantar ton de kansió.
Machine ondines stupide:
moulin heureux Muiñeira
plus mes outas kansiós.
Muiña ou le pollen Lwa:
moulin blond Muiñeira
Plus votre Sura Kansi.
Moulin à vent pour Flos votre kor,
la machine iauga i vent
et mon amour plus simple.

Et il semble encore mieux, figure parfaitement nominale, au nom qui reçoit l'un des personnages féminins La légende de Don Juan. comédie 400. Je parle, bien sûr, la jeune fille Barbantes,21 belle fille de quinze ans, toujours en riant, mais « les yeux impénétrables, cruels, consabidos » (p.126)

Il ne devrait pas être surprenant que la poésie écrite par Fernández Mazas, avec son penchant pour l'adaptation formes fixes medievalizantes, de estructura rítmico-métrica muy definida y de innegable vocación sintético-esencialista, como toda lírica que bebe en el popularismo– recorriese los rumbos descritos. Los mitos y también los motivos de adscripción folclórica, como el encuentro con la moza convidada a ir de fiesta en el poema “O pano bermello campa”, detienen el momento y lo llenan de fuerza emblemática de los arquetipos. Su funcionalidad se orienta siempre a la consecución de una verdad simbólica, bien de validez restringida a la etnia o bien de extensión universal. Mazas optó casi siempre por la segunda vía.

Je ne parlerai pas longuement de nouvelles publiées entre 1922-1930. Dans les écrits en espagnol il y a des rumeurs surréalistes, qui n'apparaissent plus dans les écrits de quelques années plus tard galiciens. Ceux-ci se déplacent soit dans la direction d'ouvrir Dieste Des archives de vilains et Castelao avec chosesLivres de 1926. Nous nous concentrons ici sur les textes narratifs anciens, intégrés dans Un roman inachevé, Chapitres a ajouté que entre Avril et Octobre 1933 ont été à venir dans Le travail scolaire. Dans le « Postface » à son édition de l'ouvrage (p.157), Armando Fernández Mazas suggère que ces chapitres pourraient être considérés comme des épisodes déjà développés en d'autres sens, antécédents- un projet global l également entrer dans "La Révolution de Babelinas" et "The Forgotten de la Rua del Sol". Pour tout cela, ensemble, ont fourni le nom de l'auteur Dominion nouvelles terres. De retour à Casas do Penedo, au début de 1940, avait commencé ajuntar notes et jetons, classés par ordre de son frère Armando cinquante ans plus tard, sont aujourd'hui le conglomérat, nous savons que Un roman Inacabada. Il est évident que cet arrangement plus une proposition. Bien intentionné et réfléchi, mais seulement une proposition, qui travaille également avec fragmentaire, inachevé et croquis, « notes dispersées sans ilación ou de la relation établie » éléments, comme l'a reconnu l'éditeur lui-même (p.47).

couverture du magazine pédagogique Le travail scolaire (Orense, 1933)

No carece de interés, por otra parte, la información sobre las circunstancias que promovieron la escritura d ese material narrativo. Se explica en el prólogo con precisión. En la casa de Castro Caldelas había aparecido el Libro Tumbo de la Abadía de San Paio de Abeleda, fechado a comienzos del siglo XVII. Al margen de ello, Mazas había estudiado el manifiesto A los renteros de San Paio de Abeleda, redactado dos siglos y medio después. Pues bien, según el editor y prologuista, esos dos textos fueron déterminants para que Cándido tomara la decisión de escribir una novela. En ella se iban a coordinar dos partes. La inicial –“La Revolución de las Babelinas”– debería atender a la vida de los gallegos en la emigración, con especial atención a su organización en soiedades secretas, masónicas, neosóficas, esotéricas… El segundo–“Los olvidados de la Rúa del Sol”– se ceñiría a la vida de los hidalgos y labradores fedatarios en Galicia (p.44).

Sabemos poco de las lecturas de Mazas en materia de narrativa. Pese a conservarse una parte de su biblioteca y a que tenemos algún dato sobre sus regresos constantes a la narrativa de Balzac, memorizada y recitada en veladas familiares, lo ignoramos casi todo sobre sus opiniones críticas en relación con la narrativa de su tiempo. La presencia de novelas de John Galsworthy y de Leonid Andréiev entre sus libros sugieren intereses sociales de los que ya nos informa la propia biografía. Su hermano Armando asegura en el “Prólogo” a Un roman inachevé (P.42) que « Candide connaissait bien » les chemins du roman français du XIX. Théâtre et récit Valle-Inclan devrait également occuper une place de préférence. Ceci est confirmé par le style et le rythme de votre écriture, ou le genre de mondes pour elle concilié. Il est une admiration commune pour l'ensemble du groupe LA POÊLE., puisque le magazine a promu une campagne pour le prix Nobel à l'auteur de la comédies Barbaric. Il y a une lettre inédite de Eduardo Dieste son frère Rafael, puis à Anvers, qui présente l'étude de rien banal. La date correspond au 24 Janvier, 1935,

Es necesario que tú hagas y nos mandes por avión una cuartilla lozana exaltando a don Ramón del Valle Inclán como nuestro candidato al premio Nobel. Se la habría encargado a Mazas, pero éste –dice– no puede hacerla sin meterse con la España negra, y –digo yo­–­ esto no puede hacerse sin el consentimiento de Valle (actualmente en un sanatorio gallego); por otra parte conviene dar a la candidatura la viabilidad posible, no hemos de ser los primeros en entorpecerla, aunque descontentos que no triunfe22.

La première chose que le lecteur voit dans les chapitres Le travail scolaire es el esmero eurítmico y la eufonía de la prosa. Es una escritura de decantada propensión descriptiva, estampas muy plásticas, con una nada reprimida entrada en galicismos y arcaísmos léxicos y sintácticos, y con acceso franco a la música primitiva de topónimos y antropónimos. Prosa para leer en voz alta, demorándose en las enumeraciones y en las topografías, en el salmo pánico del fraseo, en el aire de leyenda contada. También los nombres y las figuras de los animales son poemas mínimos. La lengua tira a grave a veces, otras se hace grotesca en busca de juegos rítmicos aliterativos, igual que en el esperpento valleinclanesco:

Pingorotudo en el regalo de la sombra, floreaba benjamín el tintorero. A su lado, un negado, el Ilotas del Pindo, le tocaba el caramillo a un gallo capón sobre una pata y reía el Ilotas su caótico interior (p.132).

El rapaz Xuanín de Drados permanece en segundo plano, como un destinatario mudo de la activación de los recuerdos de otros, en especial los de Juan Pelerín. En el conjunto del discurso narrativo la voz de Xuanín se instituye como la del narrador principal, pero cede especio a perspectivas ajenas, incluso aun narrador en tercera persona que en algún momento impone su presencia por pura necesidad diegética. Los hechos acontecen en un tiempo que no se quiere determinar con exactitud; ciertas costumbres –así, las presentadas bajo el epígrafe “Feria y antruejos de la villa”– tienen sabor medieval, otras prácticas serían localizables en el siglo XIX o a comienzos del XX; cabría hablar, pues, de una temporalidad panhistórica en la que se singularizan acontecimientos representativos de unas relaciones económicas y sociales casi invariables. Claro que se introducen asimismo contrapuntos para una filiación histórica más precisa. Un caso es el del mendigo que pide ayuda amparándose en su condición de superviviente de la batalla de Cavite (Filipinas, 1898)23.

Xuanín accompagne Juan Pelerin, homme mystérieux et réservé, qui accueille encore des gens capitaine pour son passé légendaire:

Il préférait vivre au milieu des loups. Bientôt, les hommes le savaient. Il lui a donné le mal élevé et a volé l'argent. Il a semé la terreur dans les terres de Miño et prodigué Stolen entre les pauvres aussi bien. Dread curiales et madreabadesas, Juan Pelerin, comme le monde a été appelé, a fait la justice dans leurs propres mains ....
Protegiéronle toujours ceux de Drados; et lorsque le harcèlement civilero ne laissera pas le vivre, il a pris sa retraite (p.140).

Pelerín cuenta con el respeto y el afecto de sus vecinos pero también con el odio de los oligarcas y de los poderes instalados en la villa, que quieren su muerte. Con el niño Xuanín baja a la villa desde las tierras montesinas de Drados una vez por trimestre para pagar los foros del corregidor, un oprobio insoportable para los vecinos del lugar que manifiestan un ánimo colectivo en el límite exacto de la revuelta. Este es el telón de fondo, que el relato traza en los dos primeros capítulos con una poética narrativa extraordinariamente económica, de maneras cinematográficas. A partir del tercer capítulo, “En otros tiempos no era así”, se accede a una serie de recuperaciones del pasado por vía de las confidencias del hombre al chico (“¿Tú me entiendes, Xuanín de Drados”?, p.136): la infancia difícil de Pelerín, el amor de primera juventud ytruncado por imposiciones paternas y por la muerte temprana de la muchacha –Alanda–, después profanada en la tumba por el sepulturero de Alais, Pancho Cuchillos. Todo esto aparece contado en esencia, de nuevo en un esquema nada profuso en detalles. En los capítulos finales de la serie el diálogo es el elemento discursivo que sostiene toda la funcionalidad informativa. Aporta datos concretos y contribuye a acelerar el ritmo narrativo en una segmentación también ágil y esencial. La muerte acecha a Pelerín, pero la gente interviene y lo ampara.

Armando Fernández Mazas révèle que Candide arrêté les livraisons à Le travail scolaire en el mes de octubre de 1933 por la llegada a Ourense del Grupo de Misiones Pedagógicas que recorría Galicia desde agosto. La lectura de los capítulos publicados – su disposición y ritmo internos, la arquitectura proyectada que entrevemos, la lógica narrativa– permite conjeturar que el relato no iba a ser mucho más largo, que las entregas futuras estaban contadas. Así las cosas, no resulta fácil compartir las hipótesis del editor del volumen Un roman inachevé sur la liaison interne des trois séries compilées. récit poétique activé pour raconter l'histoire de Juan Pelerin coïncide avec les positions esthétiques avant que vous avez examinés. La vie de cet homme rebelle et malheureux, marqué par le destin, est marqué par de nombreux épisodes qui seraient habituellement classés comme romanesques, depuis son origine (mère seule, le Père Abbé). Mais comme toujours Mazas, a imposé une aspiration à offrir chiffrement une réalité, prescindiendo por tanto de la acumulación de información superflua; como él mismo diría: sin trasladar a la literatura la representación toda de la vida. Tenemos así un escorzo aleteico del signo vital de Pelerín, una síntesis despojada de accidentes, en la que los acontecimientos son los mínimos para la generación del mito; en definitiva, para la resolución de un conflicto de dimensión moral sin sobrecarga realista. De ahí el entendimiento extraordinario de las elipsis, de los silencios y de los vacíos. De lo que no está, de lo elidido. De lo que no se dice y/o no se sabe. Todo lo cual encaja parcialmente en ese marco difuso que conocemos como roman lyrique, Qui a rejoint la littérature espagnole de ces années proposées très différentes entre intellectualisme et d'humour ou entre psychologisme et déshumaniser-de Antonio Espina Benjamin Jarnés de Mario Verdaguer John Chabás-.

Le comportement des deux autres séries intégrées Un roman inachevé es diferente. Si bien parece aceptable que haya poco en ellas sin presencia en los textos de preguerra –incluida la fabulación onírica, un intimismo durativo de ascendente bergsoniano o las redes entre autobiografía, historia )(Inés de Castro, Disraeli, Gandhi, Sacco y Canzetti…) y metaficción–, lo cierto es que “La Revoluciónde las Babelinas” y “Los olvidados de la Rúa del Sol” potencian notablemente algunas características antes subordinadas, que por momentos aproximan a Mazas al genio fabulador del Álvaro Cunqueiro de la postguerra y a ciertos ambientes recreados por Vicente Risco en su etapa neosófica. La reiterada advertencia sobre la naturaleza de estos papeles fragmentarios, de esos materiales sin elaboración culminada, de estos documentos para una escritura ulterior, vuelve a cobrar pertinencia.

« La révolution du Babelinas » commence en présentant des portraits de personnages ou minimum lignes. Dans certains cas, un idéal de vie, ce qui correspond à la famille Fernández Miranda au début guess du XIXe siècle:

délicatesse Florentina, des moyens provençaux, la sagesse hellénique, l'hébergement spartiate, urgings de guerre, les joies douces, des doutes et des démissions: roses catalans dans galaicas brouillard; qui donnent les coordonnées de ces noms de famille de herrumbrosos. A l'intérieur, bien sûr, une sage tradition, non du sang (p.52).

Il y a aussi un aperçu de la parcelle, qui a à voir avec le livre tumbo citado y con la redención de foros. El arcipreste Miguel Calaprís vividor y cínico, es cesado en su puesto por el Obispo, tras lo cual acude a París para ttratar de localizar a Juan Fernández Miranda, a quien sabe en posesión del Libro Tumbo de Santa Belida de Veira Alta y de las ciento setenta y siete cartas forales que interesa recuperar a la Casa de Alba. Tras muchas vicisitudes, Calaprís encuentra finalmente a Miranda en las islas Babelinas, donde residía con Lady Helene Stuart. A partir de ahí los materiales narrativos constituyen lo que en algún momento se presenta como un “elogio sentimental de toda bohemia”, entendida esta como la vida de los que agotaron las ilusiones (pp. 68-69), como un “bergsoniano fluir [que] nos lleva fatalmente al suicidio” (p.85). Vida cosmopolita y decadente de quien frecuenta sociedades secretas, museos de cera y algún ateneo anarquista, de quien alterna con rotarios, filántropos, agentes secretos, esperantistas, teósofos…., en un entrecruzamiento de tiempos y de espacios ­–­como cuando se dice “Juan Fernández Miranda, natural de Éfeso, en el dionisíaco Bajo Miño” (p.67).

“Los olvidados de la Rúa del Sol” desenvuelve aun en menor proporción una trama argumental. Aumenta la representación de la vida animal y aparece en primer plano la línea de la muerte. Se hace mención expresa de Hesíodo y de Horacio, de los trabajos y los días en vida retirada. Pero en paralelo entra, ssimismo, la “zorrería campesina” (p.102), animalizada, con deformación grotesca e introducción inusual de referencias corpóreas, nuevamente cerca del esperpento:

Maria Laurencia avec une bougie allumée confie l'âme de Cuquiño. Inveria. Au pied du lit du vieux outres d'une chèvre. Bébé, Cuquiño, bébé! Le greffier et l'héritage Maria Laurencia est distribué. Des témoins ont dit que les rapabarbas de Portela et Fornelos joueur de cornemuse. A Touza de LABERCA ou Val da Urraca, ou Souto de Portugal et des chandeliers d'argent. sordide, insociable, Cuquiño est adouci et a perdu connaissance à la louange, et il a tout donné. Bébé, Cuquiño, bébé! Comme la grand-mère Carmen.
[...]
Rufo de Tor…. Semántica de sofistas: Muerte. Tres días en la caja mortuoria, entre hachones, ataviado con galas carnavalescas, antifaz. Su defecación y muerte al tercer día. Elizabeth Quiroga su barragana, loca, ida, en el Museo de Cera viendo pasar los días. La samaritana (pp. 102-103) y 112-113)

No es sencillo calcular los caminos que habría seguido Cándido Fernández Mazas como narrador de superar los duros años finales de su vida y la presencia de la guerra, la derrota y la enfermedad. Leídos unos textos como los anteriores habrá quien piense en un reencuentro con la tradición realista, en una anticipación de la novela existencial… Conviene no prender sólo en el lenguaje, pero no es descartable que fuera así. Que en la síntesis categórica que siempre caracterizó sus actitudes ante el arte procurase, tras la experiencia del fracaso y la muerte de tantos, unos mitos nuevos con los que ofrecer la verdad de un tiempo negro. Ignoro si en la otra ladera del nihilismo.

NOTES

1 Santa Margorí (Madrid, Alcor Galaico, 1930) a été le seul travail publié dans sa vie. En 1931, il a écrit entre Ourense et Madrid Les cornes folles. Farce sept foisCe qui, en 1981, il a été incorporé dans l'édition commune Santa Margorí. Les cornes folles.(Sada, Ediciós do Castro, 199-277) et a une édition plus tard Armando Fernández préparé Mazas pro (Ourense, Andorina Editions, 1993). Une troisième pièce, incomplètement conservé est la légende de Don Juan. Comédie 400) écrit en 1932 et publié également par le frère de l'auteur et sous la même maison d'édition en 1994.

2 Fondamentalement, il est recueilli dans un volume Armando Fernández soins Mazas, le journalisme Fernández Mazas, 1990, Ediciones Andorina. Carlos Gurméndez avait recueilli en 1981 une grande partie de la production critique de son-essayiste ami dans un « Anthologie de textes courts » incorporé dans le livre Cándido Fernández Mazas. Sa vie et de travail (Pp45-110).

3 Entre Avril et Octobre 1933 publié à l'école du travail, organe de l'Association des travailleurs de l'éducation d'Orense (ATHEIST, encadrée dans l'UGT) Six chapitres narratifs Armando Fernández liés à Mazas Un roman inachevé, Sous la direction de lui-même, encore une fois dans Andorina, en 1995 (ces six chapitres sont situés sur les pages 121-155 ;. En 1981, avait déjà paru sur les pages 65-73 de. Cándido Fernández Mazas. Sa vie et son œuvre, Carlos Gurméndez). Ces textes sont présentés en fait que le seul point culminant d'une travaux en cours J'aurais commencé mois avant d'intégrer Cándido les missions pédagogiques -efectiva en Décembre 1933 et retourné à l'auteur dans ses trois dernières années, le retrait de Castro Caldelas. Dans l'édition que nous devons à son frère, Un roman inachevé Il se compose de deux parties, intitulée "La Révolution Babelinas« (Pp.49-95) y «Les oubliés de la Rua del Sol« (Pp.97-119). Nous avons aussi d'autres histoires très courtes Armando Fernández Mazas a ordonné dans le secteur "le journalisme poétique« De son livre Fernández journalisme Mazas. Je me réfère en particulier à ceux qui apparaissent sur p. 17-23 ( "homme de canne», «maison de fruits de mer« Et »flamme d'alcool Anton Mariño« ; tiré de journaux le Zarpa et Galice et pour la période 1922-1925) et pp.40-42 ( « 30F » et « Gorigori do Tempo » à la fois en galicien, correspondent au magazine nousLà où ils sont apparus en nombre 25 et 79 du 25 Juin 1926 et le 25 Juillet 1930, respectivement).

4 Le corpus lyrique en galicien, six poèmes, apparaît également compilé dans le livre de Armando Fernández Mazas Esthétique Fernández Mazas (Pp.136 et 149-155), les soins de volume de Teresa lopez semer stèles. cinq poètes l'avant-garde. (Pp.71-78). peut être lu prose poétique français en Paris Dessins 1925-1927 (Pp. 36-38). C'est une forme littéraire mal définie qui Mazas a continué à pratiquer peu après en espagnol dans le journal la Pueblo Gallego, Comme on le voit par exemple la lecture « Penina regarder la terre » ou « le paysage, puis Pachón » (2 et 9 Août 1928, recueillie dans le « journalisme Fernández Mazas » (49-50 et 53- 54). aussi en castillan, compter « La Romance Barbe-Bleue » (en Fernández journalisme Mazas, Pp. 97-100) et enfin les versets qui sont intégrés en mode chanson à deux Santa Margorí (D'un intérêt particulier est la « Chanson du caché Bacchantes », p.42 dans les éditions fac-similé de Castro).

5 P. 15 incorporé dans le volume d'apparence Paris Dessins 1925-1927. Sur l'autre écrit par Armando Fernández mentionné Mazas dans son « Introduction à la légende Don Juan (P.56), nous savons que les amis étaient Espasandín Otero et Rafael Dieste.

6 Il commence: « Ce désir trouble de l'enroulement, tordu que acienaga galiciens dans toutes ses expositions, leader dans le domaine de la pensée rempli son style baroque. On pourrait dire que, en Galice il n'y a rien de clair, synthétique, ordonné « (voir le livre Fernández journalisme Mazas, Pp.70-71). L'auteur distingue sur cette base deux groupes de penseurs critiques. On serait aux adeptes de romantique ethnicisme Murguia, qui méprise Mazas. L'autre serait une lignée rationaliste, ce qui constitue Feijoo, sa référence principale. décrit également certains disciples: Saïd Armesto, Viqueira, Valle-Inclan, Blanco Torres, Antón Villar Ponte, Jacinto Santiago, Rafael Dieste et Eugenio Montes.

7 Voir Becerra Suárez (1997) et Perez Bustamante (1998).

8 Quoi qu'il en soit, Trotsky avait formulé dans son essai Littérature et Révolution qui est le processus révolutionnaire aussi une reprise de tentative de la culture populaire, qui ne veut pas dire le sacrifice de la condition non propagandiste enseignement de l'art, ni la renonciation de la poésie lyrique compris dans le sens traditionnel (Trotsky 1973: 50-126).

9 Je cite par César Antonio Molina (1989: 676).

dix Les quatre derniers noms mentionnés sont pour les personnes qui seraient tués par les fascistes dans les premiers mois de terreur auquel ils ont soumis la Galice après le soulèvement militaire de 1936 Juillet.

11 Un grand nombre de ces textes reçoivent l'annotation et des commentaires sur le livre Esthétique Fernández Mazas, 1992.

12 La réduction peut être comprise dans une autre direction, ce qui se traduit par ce que Husserl appelle transcendantale réduction phénoménologiqueBeaucoup plus pertinent d'une philosophique et esthétique. Ce n'est pas une réduction mais une redirection sans retour aux choses originales. Pour husserlienne, la réalité est l'expérience de la réalité. Tel est le recentrage qui opère la réduction transcendantale: la réalité comme un corrélat de la conscience.

13 Et, bien sûr, l'humour graphique pratiqué de diverses manières et les circonstances: dans le journal agraire républicain le Zarpa (1925-1926), l'organe de la gauche républicaine politique (1935) et pendant la guerre civile en trotskystes Fighter rouge et POUM. Voir la compilation du volume de Armando Fernández Mazas humour graphique Fernández Mazas (Dichi) (1989). Insérez Chaplain (1991) et Bouzas (1998).

14 Ce dernier travail ne sait pas qui appartient aux mêmes années que les deux précédents. Certains chercheurs se déplacent vers le deuxième voyage Velázquez en Italie, entre 1649 et 1651.

15 Dans l'intérêt des considérations faites par Ramón Gaya en réponse à La louange et la censure de Diego Velázquez, écriture LA POÊLE. Il a décidé d'intégrer sa lettre dans la septième tranche, en Juillet (pp.140-141). Il a accusé le Gaya excès Mazas talent rationaliste, sa foi sans bornes dans l'emplacement -pour toujours et pour tous- un ensemble de poids et mesures sont également applicables aux arts.

16 Concept de l'emploi l'unité de génération dans le sens expliqué par Karl Manheim "Le problème de Generationem « Cologne Quarterly Journal of Sociology7, 1928 (pas de traduction française: Le probléme des generations, Paris, Nathan, 1990). unités générationnels sont les groupes spécifiques dans certaines circonstances manifestant des réactions similaires à des événements historiques, sociaux, culturels ... Quel que soit l'âge de ses membres, les unités de production de quelque base usent pour des intentions de agir sur la situation réelle à se inscrire.

17 Estela Il est également un caractère Santa Margorí, precisamente el hombre que visita a Sor Margorí en el convento de las Marianelas, nueva variante sobre el tema de don Juan. Habían vivido un amor en la adolescencia, nunca olvidado. No es descartable que en algunos rasgos del discurso de Ronsel el autor quisiera esconder la actitud vital y los problemas de adaptación social del grupo homónimo, tal vez de él mismo. Algunas acotaciones son bastante explícitas a ese respecto, una vez más de interés para una posible aproximación psicocrítica. Un ejemplo: “Ronsel es uno de esos muchachos que han hecho suyo el dolor del mundo, que nada le darán a la vida que todo les niega. Uno de esos muchachos para los cuales la experiencia no es más que la afirmación de la teorís, dolorosamente vivida. Uno de esos muchachos que buscan, atormentados, la más cariñosa realidad del universo.[/] Uno de esos seres cuya vida termina entre gentes primitivas, olvidados de Europa, a la orilla de un lago” (pp.68-69).

18 Et après la guerre, seulement cinq Paz Andrade a publié des livres de poèmes en galicien.

19 Je citerai les poèmes de Teresa Lopez indiqué édition, Spiral Maior. Par conséquent, je respecterai la morphologie, l'orthographe et la ponctuation utilisée par l'auteur et pas toujours cohérente. À cet égard, le fait le plus curieux est l'utilisation du poème « Moito tes de muiñar » l'orthographe phonétique défendue par Aurelio Ribalta. Tous les poèmes, y compris « Romance Bluebeard », écrit en castillan, sont apparus d'abord dans Le Pueblo Gallego.

20 Il y a trois autres poèmes dédiés. bénéficiaires Amado Carballo étaient Rafael Dieste et Felipe Fernández-Armesto (qui, en tant que journaliste, rendrait célèbre le pseudonyme Augusto Assia).

21 Barbantes Il est le nom de Galice mante religieuse.

22 DIESTE dans le fichier. Enfin, la collaboration demandée par Eduardo Dieste est apparu au numéro 3 LA POÊLE. (Mars 1935, pp.45-46) comme une lettre au rédacteur en chef du magazine.

23 En santa Margorí se localiza un procedimiento paralelo. No comparece en ningún momento el ánimo de fijar una concreción histórica, pero de repente, casi de modo inopinado, se produce la determinación de una fecha, además en absoluta contemporaneidad de la escritura de la pieza teatral: es el 5 de marzo de 1930 (Tercer Escenario), día en que la monja moribunda y embarazada de cinco meses tras aquel encuentro con Ronsel firma un codicilo en beneficio de Sor Teresita (hija del Obispo y disfrazada de ángel), quien desea fundar una nueva orden religiosa en Tierra Santa.